L'ancien résistant et compagnon de la Libération Daniel Cordier est mort

Par François-Guillaume Lorrain
·1 min de lecture
Daniel Cordier (au centre), 97 ans, ancien secrétaire de Jean Moulin, chancelier de l'ordre de la Libération, est salué par Emmanuel Macron, au mont Valérien, à Suresnes, le 18 juin 2018. Le matin même, le président de la République a élevé l'ancien résistant et Compagnon de la Libération au grade de grand-croix de la Légion d'honneur.
Daniel Cordier (au centre), 97 ans, ancien secrétaire de Jean Moulin, chancelier de l'ordre de la Libération, est salué par Emmanuel Macron, au mont Valérien, à Suresnes, le 18 juin 2018. Le matin même, le président de la République a élevé l'ancien résistant et Compagnon de la Libération au grade de grand-croix de la Légion d'honneur.

Une page se tourne. Une époque, même, et quelle époque ! Il y avait eu le dernier des Poilus. Avec la mort de Daniel Cordier, quelques semaines après celle de Pierre Simonet, il ne reste plus de la Seconde Guerre mondiale qu'un seul compagnons de la Libération : Hubert Germain. Compagnon, Cordier le fut aussi du symbole même de la Résistance. À chaque fois que nous le rencontrions, nous nous disions : « Le dernier des compagnons de la Libération, ce sera lui, évidemment. » Il faisait tellement jeune. Il avait l'air si heureux, avec son rire, promesse d'immortalité, son regard malicieux, amusé qu'il posait sur vous et les ?uvres d'art qui l'entouraient. Il était le survivant. Le jeune âge auquel il avait côtoyé l'Histoire ? à 22 ans, il avait été « parachuté » secrétaire à Lyon de Jean Moulin ?, sa longévité, sa qualité de témoin privilégié métamorphosé sur le tard en archiviste rigoureux reconnu par les historiens eux-mêmes auront prolongé jusqu'au début de la décennie 2020 ce miracle : un homme incarnait encore cette époque troublée, sa liberté, ses ombres aussi, sur lesquelles, pourtant, il aura voulu avec simplicité faire la lumière. S'il est un homme qui a dégonflé le mythe de la Résistance, qui l'a dépeinte sous les couleurs sans prétention du quotidien, du pragmatisme et de l'impossible union, ce fut bien lui.

Voyons, Alain, comment pouvez-vous penser à une chose pareille ? Dans une semaine, nous serons peut-être tous arrêtés.

Avec 77 ans de retard, l [...] Lire la suite