L'ancien président du Tchad Hissène Habré sera enterré au Sénégal

·2 min de lecture

Deux jours après son décès du Covid-19 à l’âge de 79 ans, l’ancien président tchadien Hissène Habré sera enterré ce jeudi 26 août au Sénégal. Une décision très attendue alors que se posait la question du rapatriement de son corps au Tchad. L’ancien chef de l’État habitait depuis 31 ans au Sénégal, après avoir été renversé par Idriss Déby. C’est ici qu’il avait été condamné à perpétuité en 2016 pour crimes contre l’humanité durant son règne de 1982 à 1990.

Avec notre correspondante à Dakar, Théa Ollivier

La levée du corps d’Hissène Habré est prévue en début d’après-midi jeudi 26 août à la mosquée omarienne de Dakar. Puis l’enterrement se déroulera au cimetière musulman de Yoff dans la capitale sénégalaise.

► Lire aussi : L’ancien président tchadien Hissène Habré est mort

Une décision qui était restée en suspens jusqu’à hier en toute fin de journée, alors que les médias sénégalais évoquaient un désaccord entre les deux épouses d’Hissène Habré.

Car dès le soir de son décès, Fatimé Raymonne Habré, l’une de ses femmes, avait annoncé qu’elle souhaitait que son mari repose « en terres sénégalaises » tant qu’il ne serait pas réhabilité au Tchad.

Elle indiquait aussi qu’elle ne demandait rien au gouvernement tchadien qui avait annoncé un peu plus tôt qu’il ne s’opposerait pas au rapatriement de la dépouille du défunt mais qu’aucun hommage officiel ne lui serait rendu « en raison de ses condamnations et par respect pour ses victimes ».

À savoir que c’est aussi dans ce cimetière de Yoff qu’avait été enterré l'ancien président camerounais Ahmadou Ahidjo en 1989. Il s’était exilé au Sénégal après avoir été condamné à mort par contumace dans son pays.

► Lire aussi : Les réactions au Tchad après la mort d'Hissène Habré

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles