Publicité

Robert Badinter, le père de l'abolition de la peine de mort, est décédé

L'ancien garde des Sceaux Robert Badinter est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi à l'âge de 95 ans. Le président Emmanuel Macron a annoncé qu'un hommage national sera rendu à celui qui a porté la loi du 9 octobre 1981 ayant aboli la peine de mort en France.

Brillant avocat et ex-garde des Sceaux, Robert Badinter est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi à l'âge de 95 ans. Figure des années Mitterrand, il a incarné jusqu'à son dernier souffle le combat pour l'abolition de la peine de mort.

D'abord conspué pour avoir défendu des causes à contre-courant, il s'est forgé une réputation d'humaniste indépendant, jusqu'à être considéré comme une autorité morale. "J'ai essayé de transformer la justice, la rendre plus humaine", disait-il en novembre 2023 dans un entretien à l'émission "La grande librairie". "Est-ce que j'ai réussi ? À juger."

Dans un entretien accordé à France 24 en 2022, il affirmait sa conviction de voir l'abolition de la peine de mort s'imposer un jour dans le monde entier.

À voir sur France 24Robert Badinter : "Dans la devise républicaine, il devrait aussi y avoir la dignité"

Avec l'exécution, "le crime change de camp", soulignait ce fils de fourreur, né à Paris le 30 mars 1928 dans une famille juive émigrée de Bessarabie (actuelle Moldavie).

Cinq ans plus tard, il évite la peine capitale au meurtrier d'enfant Patrick Henry, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Robert Badinter : "Dans la devise républicaine, il devrait aussi y avoir la dignité"
Abolition de la peine de mort en France : quarante ans après, le combat de Robert Badinter
Robert Badinter : "La peine de mort remplit une autre fonction que la lutte contre le crime"