L'ancien gourou Gabriel Loison nie les viols à son procès Nantes

Les victimes évoquent chantage affectif, viols et humiliations: l'ancien gourou Gabriel Loison a rejeté jeudi les accusations de viols sur personnes vulnérables et abus de faiblesse, pour lesquelles il comparaît devant la cour criminelle de Loire-Atlantique.

Quatre anciens adeptes de l'"Université de la nature et de l'écologie de la relation", trois femmes et un homme, accusent son fondateur de viols et d'agressions sexuelles entre 2005 et 2009.

Cheveux blancs coiffés en arrière, l'ancien gourou de 82 ans, qui comparaît depuis lundi, a dénoncé depuis le box des accusés une "culture du mensonge", expliquant n'avoir jamais eu que des relations sexuelles consenties.

Gabriel Loison avait été condamné en 2017 par la cour d'assises d'appel à Rennes à 15 ans de réclusion criminelle pour viols et agressions sexuelles, notamment sur mineure.

Son ex compagne, jugée pour complicité et acquittée lors du premier procès, se trouve cette fois sur le banc des parties civiles.

A la barre, Julie Baschet, 48 ans, a raconté avoir subi un "lavage de cerveau" et été pendant cinq ans l'"esclave sexuelle" de Gabriel Loison.

"Quand je ne marchais pas au pas, Gabriel Loison se mettait en colère, en dépression, dans une situation très culpabilisante", a-t-elle expliqué, en pleurs.

Des déclarations "signées Judas", a balayé l'accusé lors de son interrogatoire.

Tour à tour, les parties civile avaient raconté les "humiliations" d'un "mâle dominant" qui "montait les gens les uns les autres" et prétextait thérapies et enseignements spirituels pour agresser sexuellement des adeptes.

L'un des plaignants affirme avoir subi une "sodomie punitive" lors d'un voyage de groupe, commise par des adeptes avec des jouets sexuels mais orchestrée par Gabriel Loison.

Également accusé d'abus de faiblesse, Gabriel Loison dispensait à ses adeptes enseignements et "initiations" facturés plusieurs milliers d'euros.

Gabriel  Loison est l'ancien gourou des "Jardins de la vie", répertorié comme secte par la commission parlementaire sur les sectes en 1995. Il avait ensuite fondé l'"Université de la nature et de l'écologie de la relation", présentée comme un collectif de recherche qui formait des "Maîtres de santé" via différents stages.

Le verdict est attendu jeudi soir.

ld/aag/gvy

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles