L'ancien candidat à la présidentielle François Asselineau "dément" des accusations de harcèlement

franceinfo avec AFP

Il dément "catégoriquement". Le président du parti UPR, François Asselineau, a rejeté les accusations de harcèlement présumé portées contre lui par des cadres du mouvement qui réclament, dans un courrier publié par Le Figaro, sa "démission". Le président de l'Union populaire républicaine "dément catégoriquement les allégations infamantes de l'article du Figaro, attentatoires à son honneur, à sa probité et à la préservation de sa vie privée et familiale", dans un billet publié dans la nuit du mardi 21 au mercredi 22 avril sur son compte Facebook.

L'ancien candidat à la présidentielle, partisan d'une sortie de la France de l'Union européenne (Frexit), dénonce une "opération 'boule puante', probablement pilotée par une officine". Il appelle ses adhérents "à ne pas se laisser intimider". Dans une lettre adressée à François Asselineau, rendue publique par Le Figaro, 38 cadres du mouvement, dont la moitié font partie du bureau national (qui compte au total 29 membres), affirment que "des faits d'une exceptionnelle gravité ont été portés à la connaissance des membres du bureau national".

Des agissements "absolument intolérables et irréparables"

"Nous avons connaissance de documents et de témoignages indiquant (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi