Les lanceurs d’alerte de l’enquête Congo Hold-up pourront poursuivre la BGFI en France

Jean-Jacques Lumumba et Guylain Luwere ont obtenu le droit de porter plainte contre la banque congolaise BGFI, au cœur de l'affaire Congo Hold-up, devant les tribunaux français. Une première victoire pour les deux anciens salariés de la banque qui avaient fait l’objet d’intimidations après avoir signalé des activités illégales.

L'affaire débute en 2019 quand les avocats de Jean-Jacques Lumumba et Guylain Luwere portent plainte en France contre la BGFI pour les menaces qu'ils ont subies. Jean-Jacques Lumumba reproche personnellement à sa banque de l’avoir intimidé et menacé lorsqu’il a signalé à sa hiérarchie, en avril 2016, des irrégularités et des malversations dans le cadre de son travail. Selon son avocat, Me Henri Thullier, ces menaces l’ont même « forcé à quitter la République démocratique du Congo pour trouver asile en France ».

C'est de ces faits que les juges français vont désormais pouvoir se saisir. Puisque le 29 juin dernier, deux arrêts de la Cour de cassation ont donné raison aux lanceurs d’alerte congolais. Comme l’explique Me Henri Thullier, directeur de la Plateforme de protection des lanceurs d'alerte en Afrique (PPLAAF), la justice française s’est fondée sur le droit européen : « Chaque pays doit appliquer ses propres lois aux étrangers qui résident sur son territoire ».


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles