L'analyse d'une explosion cosmique exceptionnelle remet en cause plusieurs théories

·2 min de lecture

L'analyse d'une explosion cosmique exceptionnelle bouscule les théories décrivant le phénomène, selon une étude parue dans Science.

L'analyse d'une explosion cosmique exceptionnelle, émettant des rayons d'une énergie colossale à la suite de l'effondrement d'une étoile, bouscule les théories décrivant le phénomène, selon une étude parue dans .

Un des phénomènes les plus violents de l'Univers

"Normalement ces évènements sont détectés beaucoup plus loin, mais là on a eu de la chance", résume l'astrophysicien Fabian Schüssler, du CEA-Irfu, qui a participé à l'étude de GRB 190829A, publiée le 4 juin. Un nom un peu barbare pour décrire un évènement de "sursaut gamma" détecté en 2019, à une distance de "seulement" un milliard d'années-lumière, d'ordinaire bien plus lointaine.

Ce sursaut, un flash lumineux de rayons X et gamma, les plus chargés en énergie qui soient, est un des phénomènes les plus violents de l'Univers. S'il dure plus de quelques secondes, on l'associe à l'effondrement, sous sa propre masse, d'une étoile massive, avant qu'elle ne devienne un trou noir. Avant de mourir, l'étoile projette par chacun de ses pôles un jet de particules, qui se chargent en énergie et accélèrent jusqu'à la vitesse de la lumière, en rayons X et gamma.

L'équipe internationale travaillant sur les données du télescope H.E.S.S, en Namibie, dédié à la détection des photons de très haute énergie, a déterminé que ces particules atteignaient pour certaines un record de 3,3 téra-électronvolt, un trillion de fois l'énergie d'un photon de la lumière visible.

Un enregistrement, le plus élevé à date, rendu possible par la "proximité" de l'explosion. Cette distance inhabituellement courte a empêché que les photons de très haute énergie, des "billes de lumière", soient absorbés dans des collisions avec d'autres particules sur le chemin vers la Terre.

Une remise en cause des théories de l'électromagnétisme

Mais la vraie découverte de cette équipe de plus de 200 chercheurs participant à l'étude est ailleurs. D'abord dans la durée de l'évènement, au cours duquel les particules éjectées par l'étoile sont accélérées. "On pensait q[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles