Le rôle ambigu de l'Arabie saoudite dans l'échange de prisonniers entre Moscou et Kiev

Un important échange de prisonniers a eu lieu cette semaine entre l'Ukraine et la Russie. La Turquie a joué un rôle dans cette opération, ainsi que l'Arabie saoudite et le prince héritier Mohammed ben Salman. C’est d’ailleurs le Royaume saoudien qui a pris en charge le retour des ressortissants étrangers qui combattaient en Ukraine.

Vladimir Poutine et Mohammed ben Salman se sont parlés au téléphone jeudi soir et le communiqué du Kremlin mentionne « la médiation personnelle » du prince héritier d'Arabie saoudite dans l'échange de prisonniers étrangers de cette semaine.

En échange de 55 combattants russes, 215 hommes ont été libérés vers l’Ukraine, dont cinq Britanniques, deux Américains, un Marocain, un Suédois et un Croate. Ils ont tous été faits prisonniers alors qu'ils combattaient en Ukraine contre l'armée russe. Plusieurs d'entre eux ont été condamnés à mort alors qu'ils étaient détenus par des séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine.

Être médiateur, voilà qui correspond à la position d'équilibre que Riyad veut afficher depuis le début de la guerre en Ukraine. Pour le prince héritier Mohammed ben Salman, c'est une nouvelle occasion de polir son image un temps boycotté par les dirigeants occidentaux après l'assassinat du journaliste dissident Jamal Khashoggi. Aujourd’hui, preuve en est des visites qui lui sont rendues, MBS est de nouveau jugé fréquentable par Washington, Londres ou Paris.


Lire la suite sur RFI