Lambert Wilson de retour en grand méchant dans "Les Traducteurs": "Je ne sais pas si je suis démoniaque"

1 / 2

Lambert Wilson de retour en grand méchant dans "Les Traducteurs": "Je ne sais pas si je suis démoniaque"

De retour au cinéma, Lambert Wilson s’offre un whodunit, un de ces récits policiers à la Agatha Christie, en attendant son autre sortie importante de l’année: De Gaulle. Dans Les Traducteurs, qui sort le 29 janvier, l’acteur incarne un personnage comme il les aime, celui du grand méchant froid, manipulateur et un poil ridicule.

Il y est entouré - whodunit oblige - d’un casting quatre étoiles: Olga Kurylenko (Quantum of Solace), Riccardo Scamarcio (John Wick 2), Sidse Babett Knudsen (Borgen), Alex Lawther (The End of the F***ing World), Frédéric Chau (Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?) et Sara Giraudeau (Le Bureau des légendes). À cette occasion, Lambert Wilson évoque son actualité, mais aussi son statut dans un milieu où il faut aussi être, comme son personnage des Traducteurs, un tant soit peu manipulateur... 

Vous avez déclaré en 2014 dans L’Obs: "Je sais instinctivement si je pourrais endosser un personnage ou pas." C’était le cas pour le personnage des Traducteurs? 

Oui, parce que j’aime bien les grands méchants. C’est vrai qu’on aimerait jouer des personnages sympathiques, parce que instinctivement on veut être aimé par le public. Même si les spectateurs apprécient les performances des acteurs qui jouent les méchants, ils aiment bien aussi les détester... Il y a un mélange entre le personnage et l’acteur. Ce personnage m’a tout de suite séduit. Cela me paraissait dans mes cordes. Je ne sais pas si je...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi