L'ambassadeur de Chine en France convoqué après des "propos récents" sur le coronavirus

Le HuffPost avec AFP
·2 min de lecture
Lu Shaye, ambassadeur de Chine en France, ici le 16 décembre à Paris, est convoqué par Jean-Yves Le Drian après des propos sur le coronavirus.
Lu Shaye, ambassadeur de Chine en France, ici le 16 décembre à Paris, est convoqué par Jean-Yves Le Drian après des propos sur le coronavirus.

POLITIQUE - Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a convoqué ce mardi 14 avril l’ambassadeur de Chine en France pour lui signifier sa “désapprobation” vis-à-vis de “certains propos récents” liés au nouveau coronavirus, a-t-il annoncé dans un communiqué.

“J’ai fait connaître clairement ma désapprobation de certains propos récents à l’ambassadeur de la République populaire de Chine en France, lors de sa convocation au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, ce mardi 14 avril au matin”, souligne le chef de la diplomatie française.

“Certaines prises de position publiques récentes de représentants de l’ambassade de Chine en France ne sont pas conformes à la qualité de la relation bilatérale entre nos deux pays”, déplore le ministre, en référence à la campagne décomplexée menée par cette ambassade pour vanter la “victoire” du gouvernement chinois dans sa bataille contre le coronavirus et critiquer la gestion occidentale de cette épidémie.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un texte et de nombreuses accusations

Dimanche, l’ambassade de Chine en France a publié sur son site un long texte intitulé “Rétablir des faits distordus - Observations d’un diplomate chinois en poste à Paris”. Les Occidentaux y sont notamment accusés de dénigrer injustement la Chine après avoir qualifié la maladie Covid-19 de “grippette” au début de l’épidémie et les Américains sont critiqués pour avoir limogé le commandant d’un porte-avions dont l’équipage est contaminé.

Le texte accuse aussi -sans fournir de preuves- les membres du personnel soignant français des établissements pour personnes âgées (Ehpad) d’avoir “abandonné leurs postes du jour au lendemain (...)...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post