L'Amérique sous haute tension

·2 min de lecture

Pendant que les militants s’échauffent, Trump refuse toujours de céder le pouvoir à Biden.

Avec ses immenses colonnades et son orgueilleuse façade en pierre de taille, le Herbert C. Hoover Building est un des plus beaux immeubles de Washington. Un des mieux placés, également, car il se trouve sur Constitution Avenue, tout près de la Maison-Blanche. Le bâtiment abrite le département du Commerce mais, à chaque changement de président, on l’appelle aussi « l’antichambre du pouvoir ». Car c’est dans une de ses ailes qu’a lieu le transfert des dossiers. « Les journées étaient longues dans les bureaux en open space, et nous étions très courtisés par les candidats voulant travailler dans la nouvelle administration », nous confie Tim Goeglein qui, en 2000, a travaillé sur la transition pour le compte de George W. Bush fraîchement élu.

Lire aussi:Trump : 4 ans de folie à la Maison Blanche

En 2008, George W. Bush mit plusieurs étages à la disposition de Barack Obama pour permettre à ses équipes de gérer la transition. C’est là qu’aurait dû avoir lieu le passage de flambeau entre Donald Trump et Joe Biden. Sauf que, aujourd’hui, l’endroit est vide… Car cette fois, tout se passe différemment. En début de semaine dernière, Emily Murphy, l’administratrice en charge des services généraux du gouvernement (la GSA, General Services Administration, agence qui gère l’immense parc immobilier et logistique de l’Etat fédéral), aurait dû contacter l’équipe de Biden pour lui donner les clefs du Hoover Building. Elle n’en a rien fait.

À la Maison-Blanche, un certain Johnny McEntee, est chargé de faire la chasse à ceux qui auraient le malheur de pactiser avec l’ennemi.

Trois émissaires du président élu lui ont alors envoyé une lettre officielle pour s’en étonner et exiger des explications. Ils n’ont reçu aucune réponse. Emily Murphy(...)


Lire la suite sur Paris Match