L'Alsace demande à ses habitants s'ils veulent sortir de la région Grand Est

·2 min de lecture
La mairie de Strasbourg  - FREDERICK FLORIN / AFP
La mairie de Strasbourg - FREDERICK FLORIN / AFP

"L'Alsace doit-elle sortir du Grand Est pour redevenir une région à part entière?": telle est la question à laquelle les Alsaciens sont invités à répondre lors d'une consultation citoyenne lancée mardi par la Collectivité européenne d'Alsace (CEA). La réponse ne peut être que "oui" ou "non" et peut être donnée soit par internet, sur le site de la CEA, soit en déposant un bulletin dans les points d'accueil de la collectivité, soit par courrier. La consultation est ouverte jusqu'au 15 février.

"Un outil pour renouer le lien démocratique"

Sur l'exemple de la Suisse, ce système de votation populaire de proximité, que la CEA entend développer sur plusieurs sujets, est "un outil pour renouer le lien démocratique" alors que les taux de participation des dernières élections ont été très faibles, a expliqué le président de la CEA Frédéric Bierry, qui veut faire de l'Alsace "un laboratoire de l'innovation démocratique".

A la tête de cette nouvelle collectivité créée le 1er janvier dernier, de la fusion des conseils départementaux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, avec des compétences additionnelles, l'élu ne cache pas quelle est sa réponse à la question de la consultation.
"Revenir à une échelle alsacienne, c'est plus simple, c'est plus proche", a-t-il considéré lors d'une conférence de presse, ajoutant que pour refaire de l'Alsace une région, "il suffit de voter une loi qui transfère les compétences de la région à la CEA".

Un serpent de mer politique

La question de l'appartenance au Grand Est, fusion avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne, est toujours restée très vive en Alsace depuis sa création en 2015 et revient dans les débats politiques à chaque échéance électorale.
Frédéric Bierry a considéré que le Grand Est n'avait pas permis d'atteindre "l'objectif initial de réduction de la dépense", ni le renforcement des "sentiments d'appartenance au territoire". "Si le vote est important et massif avec un choix clair des Alsaciens, je ne peux pas imaginer que les candidats à l'élection présidentielle ne s'en saisissent pas", a-t-il ajouté, espérant une participation d'au moins 100.000 personnes sur une population en Alsace de 1,9 million de personnes. "S'ils étaient une majorité à dire qu'ils ne veulent pas sortir du Grand Est, nous refermerions le chapitre", a promis le président de la collectivité. Cette consultation citoyenne est ouverte à toutes les personnes majeures résidant en Alsace, Françaises ou non, et à celles "déclarant y avoir leur attache".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles