Sur l'allocation de rentrée scolaire, Corbière et Blanquer s'écharpent à l'Assemblée

·2 min de lecture

POLITIQUE - C’est la reprise des “Questions au gouvernement” pour cette rentrée de septembre. Et avec elle, la reprise des escarmouches entre les députés de l’opposition et les membres du gouvernement. Plus d’une semaine après les propos de Jean-Michel Blanquer sur le plateau de France 3 au sujet de l’allocation de rentrée scolaire, l’Insoumis Alexis Corbière l’a sommé de s’excuser à l’Assemblée nationale.

“Je vous donne ici l’occasion de vous excuser devant les trois millions de familles que vous avez blessées par vos paroles”, a tonné le député de Seine-Saint-Denis (93) dans l’hémicycle, accusant le gouvernement de propager des fakes news sans aucun fondement.

“Votre seule boussole, la polémique”

Interrogé le 29 août dernier dans l’émission Dimanche en politique sur la proposition d’une députée du MoDem, Perrine Goulet, de verser l’allocation de rentrée scolaire (ARS) sous la forme d’un bon d’achat, le ministre en exercice avait estimé qu’il s’agissait d’une “idée intéressante”, méritant “d’être étudiée”. “On sait bien, si on regarde les choses en face, que parfois il y a des achats d’écrans plats plus importants au mois de septembre qu’à d’autres moments”, avait-il également ajouté alors que le journaliste l’enjoignait de s’exprimer davantage sur d’éventuelles fraudes.

“Je me base sur les déclarations que j’entends sur le terrain avec les professeurs des écoles”, a plaidé à l’Assemblée nationale Jean-Michel Blanquer, lors de sa réponse à l’opposition. Reconnaissant toutefois qu’aucune étude ou recensement permettait d’affirmer de tels propos en l’état.

Le ministre de l’Éducation nationale a ensuite justifié ses déclarations en évoquant d’autres méthodes pour distribuer plus justement les aides envers ceux qui en ont le plus besoin. Il a ainsi évoqué l’initiative du maire de Clichy-sous-Bois qui achète et distribue lui-même les fournitures scolaires aux familles. Idée développée aussi à Lille par Martine Aubry. “Ma seule boussole, c’est les droits de l’enfant, vous votre boussole, c’est la polémique”, a conclu Jean-Michel Blanquer, agacé.

À voir également sur Le HuffPost: Purificateurs d’air à l’école: Comment Blanquer a fini par revoir sa copie

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles