L'Allemagne sera-t-elle la première à restituer des œuvres d'art au Nigeria?

·3 min de lecture

L’Allemagne sera-t-elle le premier pays à restituer au Nigeria des bronzes du Bénin, des objets d’art mondialement connus ? La question se pose après de récentes déclarations. Cet héritage douloureux de l’ère coloniale suscite de nombreux débats liés notamment à l’ouverture prochain d’un musée berlinois.

Ces bronzes font partie des œuvres les plus réputées de l’art africain. Ces bustes et sculptures en laiton ont été fabriqués entre le XVIe et le XVIIIe siècle et décoraient le palais royal du royaume du Bénin dans ce qui est aujourd’hui le sud-ouest du Nigeria.

Lors de l’invasion de la région par la Grande-Bretagne à la fin du XIXe siècle, le roi a été contraint à l’exil, son palais incendié et les œuvres confisquées. 3 000 à 5 000 objets ont été vendus aux enchères à Londres. Un millier d’entre eux ont été achetés par l’Allemagne. Près de la moitié se trouve aujourd’hui à Berlin et les autres sont répartis dans une vingtaine de villes allemandes. Si l’acquisition de ces œuvres était légale, la légitimité de ces collections est douteuse. Le Nigeria tente, en vain, depuis son indépendance d’obtenir leur restitution.

Ces bronzes doivent être exposés dans un nouveau musée berlinois. Le forum Humboldt reconstruction du château des rois de Prusse en plein cœur de Berlin doit abriter les objets d’art non européens des musées de la ville.

La capitale allemande dispose, après le British Museum de Londres, de la collection la plus importante de bronzes du Bénin. Autant dire qu’il s’agit d’une attraction de premier plan du forum Humboldt, dont l’aile abritant ces œuvres doit ouvrir à la rentrée. Les deux salles doivent aussi présenter l’histoire du royaume du Bénin, sa conquête par les Britanniques et la provenance qui prête à polémique des objets d’art.

Les tout derniers débats vont-ils déboucher sur une restitution des bronzes du Bénin ? Une remarque récente du directeur du forum Humboldt a en tout cas défrayé la chronique lorsqu’il a déclaré qu’une décision serait prise d’ici septembre sur la restitution des bronzes du Bénin.

Construction d'un musée au Nigeria d'ici 2024

L’historienne française Bénédicte Savoy, critique la plus connue du forum Humboldt, qu’elle avait comparé à Tchernobyl, a parlé dans la foulée « d’une chute du mur culturel ». Un responsable du nouveau musée évoquait déjà comment combler les trous dans l’exposition que signifierait l’absence de ces œuvres.

Mais les choses sont un peu plus compliquées car le forum Humboldt ne décide pas. Les bronzes sont dans le giron de la fondation du patrimoine prussien qui a toujours été rétive aux restitutions. Son conseil d’administration parle d’une option.

Mais le ministère des Affaires étrangères avance. Un haut responsable s’est rendu récemment au Nigeria pour évoquer une possible restitution. Un musée doit être construit d’ici 2024 à Benin City. Pour le ministre Heiko Maas, « une approche sincère de l’histoire coloniale inclut également la question de la restitution des œuvres d’art ».

Une décision positive mettrait les autres musées allemands abritant des bronzes du Bénin sous pression comme d’autres établissements étrangers.

► À (ré)écouter: Accents d'Europe - Restitution des œuvres d’art: l’Afrique en première ligne