L'Allemagne réserve l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca aux 60 ans et plus

par Patricia Weiss et Caroline Copley
·3 min de lecture
L'ALLEMAGNE RÉSERVE L'UTILISATION DU VACCIN D'ASTRAZENECA AUX 60 ANS ET PLUS

par Patricia Weiss et Caroline Copley

BERLIN (Reuters) - L'Allemagne limitera à partir de mercredi l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca contre le COVID-19 aux personnes âgées de 60 ans et plus, à la suite de plusieurs cas de thrombose veineuse cérébrale chez des personnes vaccinées.

Les moins de 60 ans présentant un haut risque de développer une forme grave de la maladie, ainsi que les groupes prioritaires comme les soignants, pourront également être vaccinés à l'aide du produit du laboratoire anglo-suédois, ont annoncé mardi les autorités fédérales et régionales à la suite d'un accord entre Berlin et les Länder, suivant les recommandations de la commission allemande des vaccins (STIKO).

Les personnes de moins de 60 ans ayant déjà reçu une dose du vaccin pourront soit recevoir une deuxième dose, si elles sont hautement prioritaires, soit attendre le prochain avis que la commission STIKO devrait publier d'ici fin avril.

Dans l'immédiat, la commission a décidé de réserver l'usage du vaccin aux personnes de 60 ans et plus "sur la base des données disponibles sur la survenue d'effets secondaires thromboemboliques rares mais très sévères".

La STIKO étudie également la possibilité d'administrer une deuxième dose avec un autre vaccin.

"Nous devons pouvoir faire confiance aux vaccins", a déclaré la chancelière Angela Merkel lors d'une conférence de presse. "Et la transparence est le meilleur moyen de traiter ce genre de situation", a-t-elle expliqué.

Dans le but de poursuivre la campagne vaccinale à un rythme soutenu malgré cette déconvenue, les autorités ont également décidé que le vaccin d'AstraZeneca pourrait être administré dès maintenant à toutes les personnes de 60 ans et plus, alors que jusqu'ici seules les personnes de plus de 70 ans ainsi que les personnes prioritaires ont accès à la vaccination.

31 CAS

"La possibilité que je sois vaccinée se rapproche", a déclaré Angela Merkel, qui est âgée de 66 ans et a déjà dit qu'elle se ferait vacciner avec AstraZeneca.

Dans un communiqué, le laboratoire anglo-suédois, réaffirmant que la sécurité des patients était sa première priorité, a relevé que les agences médicales européenne et britannique n'avaient pas été en mesure d'établir une relation de causalité entre le vaccin et les cas de caillots sanguins.

"Nous continuerons à coopérer avec les autorités allemandes pour répondre aux questions qu'elles pourraient se poser", a ajouté le groupe pharmaceutique.

L'autorité allemande des vaccins, l'Institut Paul Ehrlich, a fait état mardi de 31 cas de thrombose veineuse cérébrale (TVC), dont neuf mortels, sur 2,7 millions de doses d'AstraZeneca administrées chez des patients. Tous les cas signalés concernent des femmes âgées de 20 à 63 ans à l'exception de deux hommes, âgés de 26 et 57 ans.

L'administration du vaccin d'AstraZeneca a été suspendue début mars dans de nombreux pays, principalement d'Europe, à la suite de cas de formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées.

La plupart des pays ont recommencé à administrer le vaccin après un avis favorable de l'Agence européenne des médicaments, qui a estimé le 18 mars dernier que les bénéfices l'emportaient sur les risques.

(version française Jean-Stéphane Brosse)