L'Allemagne "encourage" les alliés de l'Ukraine à former ses soldats à l'emploi des chars Leopard

Un char de combat principal Leopard 2 A7 des forces armées allemandes Bundeswehr lors d'un exercice de l'Otan, en Allemagne, en 2019. - PATRIK STOLLARZ / AFP
Un char de combat principal Leopard 2 A7 des forces armées allemandes Bundeswehr lors d'un exercice de l'Otan, en Allemagne, en 2019. - PATRIK STOLLARZ / AFP

Le ministre allemand de la Défense Boris Pistorius a déclaré ce mardi que les pays alliés de l'Ukraine possédant des chars lourds Leopard pouvaient commencer à former des troupes ukrainiennes à leur utilisation, même si l'Allemagne n'a pas encore donné son aval à leur livraison à Kiev.

"J'ai expressément encouragé les pays partenaires qui ont des chars Leopard prêts à être déployés à entraîner les forces ukrainiennes sur ces chars", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse à Berlin avec Jens Stoltenberg, le chef de l'Otan.

La Pologne veut accélérer

Parallèlement, le ministre polonais de la Défense a évoqué sur Twitter la livraison de 14 chars Leopard 2 par la Pologne - instamment réclamée par l'Ukraine mais que Varsovie n'a pu expédier à ce stade faute de l'aval allemand.

"L'Allemagne a déjà reçu notre demande d'accepter le transfert de chars Leopard 2 à l'Ukraine", a écrit Mariusz Błaszczak. Il a de surcroît exhorté l'Allemagne à se joindre "à la coalition de pays soutenant l'Ukraine avec des chars Leopard 2".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Pour autant, après des jours de tergiversations, l'exécutif polonais se dit désormais prêt à passer à l'acte sans l'autroisation de Berlin.

"Nous allons demander un tel accord mais c'est une question secondaire", a ainsi lancé lundi le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. "Même si nous n'obtenons pas leur accord (des Allemands), nous donnerons nos chars à l'Ukraine dans le cadre d'une petite coalition", y compris "si l'Allemagne n'en fait pas partie", a-t-il ajouté.

Article original publié sur BFMTV.com