L'alimentation des hommes a un impact sur la santé de leurs futurs fils

Les filles, elles, semblent être épargnées.

Une alimentation grasse peut endommager la santé métabolique de l’enfant. | Pixabay via Pexels
Une alimentation grasse peut endommager la santé métabolique de l’enfant. | Pixabay via Pexels

Selon une étude menée à la fois sur des souris et des humains, dont les résultats sont publiés dans la revue Nature, le sperme conserverait en mémoire le régime alimentaire de l'homme. En conséquence, la mauvaise alimentation d'un père pourrait se répercuter sur la santé de ses fils.

Des études passées avaient montré que les mères pouvaient transmettre des caractéristiques métaboliques à leur progéniture. Mais concernant les pères, les spécialistes ne s'étaient pas encore prononcés.

Pour cette étude, deux souris mâles ont suivi un régime riche en graisses pendant deux semaines. Les auteurs ont alors constaté que ce type d’alimentation entraînait des modifications d'un type d'ARN (les molécules porteuses d'informations génétiques) dans les mitochondries (structures à l'intérieur des cellules qui produisent de l'énergie) des spermatozoïdes.

L'équipe de Raffaele Teperino, auteur principal de l'étude, a ensuite examiné la santé des souris dont les pères avaient mangé des aliments gras. Ils ont constaté qu'environ 30% de ces bébés souris présentaient des troubles métaboliques.

Les chercheurs ont également analysé les données provenant de 3.431 enfants humains. Lorsque l'IMC paternel était élevé au moment de la conception, l'enfant était en moins bonne santé métabolique –appellation qui regroupe la santé cardiovasculaire, celle du foie et la gestion du poids.

Le plus étrange est que chez les souris, les pères étudiés n'ont transmis les problèmes métaboliques qu'à leur progéniture mâle. «Cela suggère que les spermatozoïdes X et les spermatozoïdes Y transportent des informations différentes», souligne Qi Chen, chercheur en biologie de la reproduction à la faculté de médecine de l'université de Salt Lake City. Celui-ci affirme que cette question fera l'objet de futures études, mais recommande d'ores et déjà de manger sainement lorsque l'on…

Lire la suite sur Slate.fr