L'alcoolisme chez les femmes, toujours tabou mais bien réel

·1 min de lecture

Ces cinquante dernières années, la consommation d'alcool a baissé en France. Toutefois selon Alcool info service, les chiffres ne baissent plus depuis 2013. Comment l'expliquer ? Cette baisse était "presque exclusivement due à la diminution de la consommation de vin, notamment à table", note le site. En 2015, plus de 41 000 décès étaient encore attribuables à l'alcool, 74 % concernaient les hommes et 26 % les femmes. Celles-ci seraient au moins 500 000 en France à souffrir d'alcoolisme, selon les estimations les moins pessimiste.

"Cela fait des années que je reçois des femmes en difficulté avec l'alcool. Elles représentent 30 à 40 % de nos patientes. Mais ce chiffre est en augmentation depuis 5 ans", observe le Pr. Amine Benyamina, Chef du service de psychiatrie et d'addictologie de l'hôpital Gustave-Roussy à Villejuif, contacté par Top Santé. Les professionnels sont nombreux à tirer la sonnette d'alarme : l'alcoolisme n'est pas l'apanage des hommes, de plus en plus de femmes sont aujourd'hui concernées.

Alcoolisme, le mythe "d'une maladie d'homme"

Selon le site Addict'Aide.fr, édité par le Fonds Actions Addictions, présidé par Amine Benyamina, on estime qu'une femme sur dix abuse de l'alcool en France. Pour le psychiatre et addictologue, "les pouvoirs publics devraient réaliser davantage de campagnes, à l'attention des femmes en particulier, sur ces maladies qui sont perçues comme des maladies d'hommes, mais qui touchent aussi de nombreuses femmes. (...)

Lire la suite sur Topsante.com

DIRECT Covid-19 en France ce 2 mai : chiffres, annonces
Covid et tabagisme : ce que l'on sait
Anesthésie : comment ça fonctionne exactement ?
Jambes lourdes : quels nutriments privilégier ?
Allergie : en mai, revoilà les pollens de graminées