L'alcool, ce fléau complice de la Covid-19

Julien Hernandez, Journaliste scientifique
·2 min de lecture

En temps normal, la consommation excessive d'alcool est un fléau. En temps de Covid-19, cela ne change pas. C'est même pire. Détails dans cet article.

La Covid-19 et la consommation d'alcool agissent de concert. Les conditions dans lesquelles nous entraîne la pandémie favorisent la consommation d'alcool. Cette dernière accroît la gravité de la maladie, la susceptibilité de l'infection, la capacité de transmission et amplifie les dégâts psychosociaux qui ont déjà explosé, en partie, à cause des mesures sanitaires. Que font les gouvernements contre ce fléau, complice de la Covid-19 ? Qu'est-ce que la consommation excessive d'alcool ? Un récent rapport publié par plusieurs sociétés savantes suédoises fait le point.

Les effets physiologiques de l'alcool en temps de pandémie

Les effets néfastes d'une consommation excessive d'alcool ne changent pas selon le contexte. Mais les conséquences de ces effets peuvent, quant à elles, varier en temps de pandémie. Dès lors, les effets de l'alcool sur l'augmentation des récepteurs ACE2 (cible favorite du virus pour s'infiltrer dans nos cellules) et des réactions immunitaires innées très inflammatoires sont fort préjudiciables. Aussi, cet excès entrave le bon fonctionnement des cellules immunitaires ainsi que la réponse effective de nos anticorps. De plus, la consommation d'alcool augmente le risque relatif de souffrir de pathologies (obésité, diabète, pathologie cardiovasculaire) qui sont bien identifiées comme étant des facteurs de risque de la Covid-19 sévère.

Cela amène à conclure, dans une perspective mécaniste et à l'aide de données épidémiologiques, que l'excès d'alcool aggraverait une infection déjà présente et augmenterait la probabilité d'être infecté. Mais ce n'est pas tout. Au niveau cognitif, en inhibant notre attention, l'alcool peut nous conduire à prendre plus de risques, par exemple en respectant moins les gestes barrières comme la distanciation sociale, oublier de se laver les mains ou encore parler plus fort et disséminer plus de gouttelettes. Enfin, il est maintenant établi que le SARS-CoV-2 a un tropisme neurologique. Par conséquent, les modifications...

> Lire la suite sur Futura

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi sur Futura