Le lait maternel favorise l’immunité des nouveau-nés en nourrissant leurs bactéries

·2 min de lecture

Des sucres contenus dans le lait maternel nourrissent des bactéries intestinales qui à leur tour facilitent le développement du système immunitaire des bébés. Supplémenter des bébés non allaités avec ces bactéries ou ces sucres pourrait les protéger.

Le retour au troc peut être bénéfique pour notre santé ! Pas n’importe quel troc, évidemment. On parle plus spécifiquement de l’échange de services entre les mères allaitantes et les microorganismes vivant dans l’intestin de leurs enfants. Car en plus de contenir des molécules qui nourrissent et protègent le bébé, le lait maternel véhicule aussi des sucres que l’enfant ne peut pas digérer par lui-même. Alors, pourquoi dépenser toute l’énergie nécessaire à la production de ces sucres inutiles pour le nouveau-né ? Pour nourrir des bactéries intestinales du genre bifidobacterium (utilisées industriellement pour la fermentation du lait), qui à leur tour vont permettre à l’enfant de mieux construire son système immunitaire. Un marché inexistant chez les enfants non allaités, qui ne peuvent donc pas bénéficier autant du bienfait de ces bactéries protectrices du microbiote intestinal. Mais ce troc pourrait être remis en place en ajoutant artificiellement ces bactéries ou les sucres qui favorisent leur expansion, selon quelques études récentes. La dernière en date a été publiée le 17 juin 2021 dans la revue par des chercheurs de l’Institut Karolinska en Suède, en collaboration avec l’entreprise américaine Evolve BioSystems, qui développe des versions optimisées de ces bactéries.

Favoriser l’entrainement du système immunitaire

À la naissance, le système immunitaire des enfants est encore “vierge”, car il a été très peu exposé aux virus et bactéries. Les lymphocytes T, essentiels pour la mémoire immunitaire, y sont encore dans un état dit naïf et seront programmés petit à petit par leur interaction avec ces microorganismes. Mais des fois, cet apprentissage peut être perturbé et le système immunitaire peut apprendre à attaquer les cellules du corps, causant des allergies et des maladies auto-immunes. Ceci a été observé principalement quand un type spécifique de bactéries est absent ou peu présent dans le système digestif des enfants, les bifidobactéries. Un genre de bactéri[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles