"Laissez-nous le temps de discuter": Manon Aubry confiante sur un accord avec le PS en vue des législatives

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Manon Aubry sur le plateau de BFMTV, le 2 mai 2022 - BFMTV
Manon Aubry sur le plateau de BFMTV, le 2 mai 2022 - BFMTV

876450610001_6305530833112

Les négociations prennent plus de temps que prévu entre La France insoumise et le Parti socialiste. Reprises ce lundi dans la matinée, les discussions entre les deux formations politiques sont toujours en cours dans la soirée, et ne devraient pas se terminer avant mardi matin. "Laissez-nous le temps de retrouver le même langage, de discuter le programme!" défend Manon Aubry, eurodéputée LFI.

Invitée sur BFMTV, l'élue insoumise rappelle qu'un simple dialogue avec le PS est un geste fort. "Pour certains d'entre eux, ça fait des années, voire dix ans qu'on ne s'était pas parlé."

Car depuis le départ de Jean-Luc Mélenchon du Parti socialiste en 2008 pour fonder le Parti de gauche, les relations entre l'entourage de l'insoumis et la direction du PS n'ont pas toujours été au beau fixe. Mais après la défaite à l'élection présidentielle, la France insoumise s'est dit prête à "élargir l'Union populaire", et a trouvé dans la nuit de dimanche à lundi un accord avec EELV pour les législatives. Désormais, l'objectif est d'acter un accord avec le Parti socialiste et le PCF.

Un nouveau Front populaire?

"Ce qu'on est en train de faire, ce n'est pas juste un accord électoral sur un coin de table", défend Manon Aubry.

"Si on veut gouverner, il faut qu'on soit crédible, et donc il faut qu'on soit d'accord sur la manière dont on gouverne le pays, sur la manière dont on construit notre Union populaire en laissant suffisamment de place à chacune de ces forces politiques."

Point central des négociations: le nombre de circonscriptions dites "gagnables" accordées au Parti socialiste, qui compte actuellement moins de 30 élus à l'Assemblée nationale. En cas d'accord, les socialistes seront-ils plus nombreux? Ou se maintiendront-ils à leur niveau?

Quels qu'en soient les termes, un accord entre les deux forces serait "historique", plaide Manon Aubry. "Ce qu'on peut créer ressemble au Front populaire. Le Parti socialiste, qui est un parti qui a le sens de l'Histoire, ne peut pas passer à côté de ça", veut croire l'eurodéputée. "On va y arriver"

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles