«Laissez le peuple voter»: Biden critique la modification de la loi électorale en Géorgie

·2 min de lecture

Aux États-Unis, la modification des lois électorales en Géorgie continue de faire polémique. Une nouvelle manifestation a eu lieu ce samedi 27 mars à Atlanta alors que Joe Biden parle d’une « atrocité » et d’une atteinte au droit de vote.

Avec notre correspondante à New York, Loubna Anaki

Une fois de plus, des dizaines de manifestants se sont rassemblés devant le Capitole de l'État de Géorgie. Le gouverneur de cet État américain du Sud a signé jeudi la nouvelle loi électorale, un texte qui limite le vote.

Pour les républicains, il s’agit de répondre aux problèmes qui ont marqué l’élection présidentielle. Mais pour les démocrates, le texte vise surtout à limiter l’accès au vote pour les minorités et notamment les Noirs, dont le vote en nombre a notamment permis à Joe Biden de remporter cet État traditionnellement républicain.

« C’est une atrocité »

Le président américain a d’ailleurs vivement dénoncé la nouvelle mesure : « C’est une atrocité. Ça n'a rien à voir avec une quelconque justice. Cette loi interdit notamment de distribuer de l’eau aux gens qui font la queue pour voter ! Rien que ça, c’est la preuve qu’il s’agit juste de punir et d’empêcher les gens de voter ! »

De son côté, Donald Trump, le prédécesseur de Joe Biden, a adressé ses « félicitations à la Géorgie » dans un communiqué. « Ils ont tiré les leçons de cette mascarade d'élection présidentielle en 2020 », a-t-il ajouté en concluant : « Dommage que ces changements ne soient pas arrivés plus tôt ! »

Le texte limite également le vote par correspondance. Le président a appelé le Congrès à adopter une loi pour faire barrage à celle votée en Géorgie. « Laissez le peuple voter », a-t-il déclaré.

Mais vu la majorité très limitée des démocrates au Congrès, une réforme du Sénat pourrait être nécessaire. L’idée d’un tel projet fait déjà polémique avant même d’être envisagée. C’est dire si la procédure risque d’être très compliquée.

À écouter aussi : À la Une: Biden et son engagement en faveur de la démocratie