Laissez-vous guider (France 2) Lorànt Deutsch : "J’ai mis la comédie en pause"

·1 min de lecture

Que reste-t-il, aujourd’hui, du Paris médiéval ?

Lorànt Deutsch : Comme la plupart des maisons étaient construites en bois, elles ont disparu, du fait des incendies et de l’humidité, les inondations étant fréquentes. Si le patrimoine civil a beaucoup souffert, celui relevant de l’autorité religieuse ou royale, bâti en pierre, reste encore bien conservé, comme Notre-Dame, le Palais de la Cité, où se trouvent la Sainte-Chapelle et la Conciergerie, l’abbaye Saint-Germain, la tour Saint-Jacques, vestige de l’église Saint-Jacques-la-Boucherie… On a conservé de nombreux vestiges de la muraille de Philippe Auguste, qui ceinturait la ville. On ne peut pas en dire autant d’autres villes, comme Lyon, dont l’héritage gothique, excepté la cathédrale, a beaucoup souffert.

Les travaux du baron Haussmann, au XIXe siècle, n’ont-ils pas, aussi, largement contribué à la disparition d’une partie du patrimoine médiéval de Paris ?

Si Paris voulait entrer dans la modernité, elle n’avait pas le choix. Le baron Haussmann a choisi de faire raser les édifices anonymes, les maisons qui étaient, pour la plupart, insalubres, et a privilégié le patrimoine commun que sont les églises ou les constructions royales. Certains édifices civils ont toutefois été préservés, comme la maison de l’alchimiste Nicolas Flamel, qui date de 1407, au 51, rue de Montmorency, dans le 3e arrondissement, l’Hôtel de Sens, 7, rue des Nonnains-d’Hyères, dans le 4e, ou bien encore le co... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi