"Laissez-nous changer le monde": Rousseau explique sa photo près d'une pancarte "Sardou, ta gueule"

Sandrine Rousseau sur BFMTV le 19 janvier 2023.  - BFMTV
Sandrine Rousseau sur BFMTV le 19 janvier 2023. - BFMTV

La députée écologiste Sandrine Rousseau a défilé ce jeudi avec les centaines de milliers de manifestants parisiens contre le projet de réforme des retraites ce jeudi. Parmi les images et les slogans du cortège, un cliché a retenu une attention particulière. Sur une photo relayée sur Twitter par la parlementaire écologiste, on voit Sandrine Rousseau, souriante, désigner du doigt une pancarte - confectionnée et brandie par une tierce personne - proclamant: "Sardou, ta gueule".

La parlementaire Europe Écologie-Les Verts élue à Paris a expliqué sur notre plateau ce jeudi soir les raisons pour lesquelles elle avait pris la pose sous cette apostrophe au chanteur.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"La réponse de la bergère au berger"

Elle entendait en fait donner la réplique à l'artiste après son passage sur BFMTV la veille. "C'était une réponse de la bergère au berger", a-t-elle introduit. Mercredi soir, Michel Sardou s'était montré très critique envers l'élue écologiste, et même goguenard au sujet de son mari.

"Je me demande ce qu'il lui manque au mari de Sandrine Rousseau. Franchement... Faudrait pas faire une marche pour aider ce pauvre mec? Faudrait pas organiser quelque chose, un fond de solidarité pour dire 'mon pauvre garçon, sur quoi t'es tombé?' 'Qui vous êtes dans la vie?' 'Le mari de Sandrine Rousseau'. 'Oh, mon pauvre vieux, ohlalala'", a ainsi raillé le chanteur, qui a indiqué être "écologiste" mais ne pas adhérer à "l'écologie politique".

Sandrine Rousseau note "un problème avec une partie de cette génération"

Revenant sur ces propos après le rassemblement contre le projet de réforme des retraites, Sandrine Rousseau a tâché de préciser le sien, sans personnaliser le débat. Assurant ne pas avoir été blessée par la séquence, elle a pointé:

"Ce que je me dis seulement, c'est qu'il y a vraiment un problème avec une partie de cette génération - pas la totalité - qui a totalement ignoré les rapports du Giec sur le climat, les questions écologiques, a utilisé autant qu'il était possible, pour le coup, le système de protection sociale et qui maintenant vient nous donner des leçons".

"Franchement, je pense qu'ils devraient nous laisser changer le monde, parce qu'il en a besoin", a-t-elle repris.

L'ancien monde, alors, Michel Sardou? "Oui", a rétorqué Sandrine Rousseau après que la question lui a été posée, évoquant ensuite un ancien monde "qui nous a rendu quelques services mais maintenant, c'est fini".

Article original publié sur BFMTV.com