"Il m'a laissée pour morte": victime d'un accident de la route, elle lance un appel à témoins pour retrouver le chauffard

Sara a été percutée en sortant de l'Ehpad Beauséjour à Nantes où elle travaille. - Google streetview
Sara a été percutée en sortant de l'Ehpad Beauséjour à Nantes où elle travaille. - Google streetview

Sara retient ses sanglots pour témoigner. Cette jeune femme de 21 ans, aide-soignante à l'Ehpad Beauséjour à Nantes, a été percutée par un automobiliste le samedi 12 novembre alors qu'elle sortait du travail. Toujours traumatisée par le choc, elle lance un appel à témoins sur les réseaux sociaux pour aider à identifier le chauffard.

Samedi 12 novembre, il était aux alentours de 20h50 quand Sara sort du travail. Devant l'établissement de santé, elle traverse sur le passage piéton rue de la Patouillerie. "Quand je suis au milieu de la route, je vois une voiture au loin arriver vite. Je me dis 'elle voit que je traverse' j'ai le temps de rejoindre l'autre côté de la route, j'ai croisé le regard de l'automobiliste, il a vu que je traversais", témoigne auprès de BMFTV.com la jeune femme depuis l'hôpital.

La voiture "gris clair" se rapproche pourtant dangereusement:

"Au début, j'ai cru que j'allais mourir, poursuit Sara; J'ai vu la voiture qui accélère et qui part en tournant en sens interdit dans la rue Jean-Mermoz."

"J'ai cru que j'allais mourir"

Sara se retrouve allongée au sol au milieu de la route. "Je suis incapable de bouger, j'ai eu peur qu'une autre voiture passe et m'écrase sans me voir", souffle la jeune femme. Un infirmier de l'Ehpad dans lequel elle travaille, en pause, entend le choc et vient secourir la victime. Une dame est aussi venue à son aide entendant les appels "au secours" de la jeune fille.

"Quand les ambulanciers sont arrivés, ils m'ont demandé où je me trouvais quand je me suis fait renverser, explique Sara. Je leur dis que j'étais sur le passage piéton, celui-ci se trouvait à 13 mètres."

Prise en charge au CHU de Nantes, Sara souffre d'une triple fracture, à la hanche, au bassin et en bas du dos. La jeune femme doit rester six semaines alitée avant de rejoindre un centre de rééducation pour réapprendre à marcher. Aujourd'hui, elle cherche à comprendre l'attitude de l'automobiliste. Elle a lancé un appel à témoins sur Facebook, partagé par près de 11.000 personnes, avec un double objectif:

"J'espère que quelqu'un aura des informations, insiste Sara. Je souhaite aussi que la personne qui m'a fait ça se rende compte de ce qu'elle m'a fait. Il m'a laissée pour morte, je trouve ça incroyable."

Contactés la police et le parquet de Nantes n'ont pas répondu à nos sollicitations.

Article original publié sur BFMTV.com