Publicité

L'agence spatiale japonaise va de nouveau tenter de réveiller sa sonde lunaire

Photo publiée le 25 janvier 2024 par l'Agence spatiale japonaise Jaxa montrant une image de la surface lunaire transmise par la sonde Sora-Q après l'atterrissage du module SLIM sur la Lune, le 20 janvier 2024 (Handout)
Photo publiée le 25 janvier 2024 par l'Agence spatiale japonaise Jaxa montrant une image de la surface lunaire transmise par la sonde Sora-Q après l'atterrissage du module SLIM sur la Lune, le 20 janvier 2024 (Handout)

L'agence spatiale japonaise (Jaxa) a annoncé mardi qu'elle tenterait de réanimer sa sonde lunaire SLIM, plongée dans un profond sommeil depuis début mars pour une deuxième nuit lunaire, après avoir déjà survécu à une première.

"On espère qu'il y aura suffisamment de lumière du soleil sur les cellules solaires pour démarrer SLIM" aux alentours de mardi soir, a déclaré la Jaxa sur X, précisant que ses équipes commenceraient ce mardi les opérations en vue de redémarrer la sonde.

L'agence a ajouté qu'elle ne savait pas si SLIM réagirait dans la nuit de mardi à mercredi, ayant été exposée à un froid extrême.

Le module SLIM (Smart Lander for Investigating Moon) avait réussi le 20 janvier dernier un alunissage de très haute précision, faisant du Japon le cinquième pays à réussir à se poser sur le satellite naturel de la Terre après les Etats-Unis, l'URSS, la Chine et l'Inde.

Mais en raison d'un problème moteur dans les dernières dizaines de mètres de sa descente, SLIM s'était posé de manière inclinée, privant ses cellules photovoltaïques orientées vers l'ouest de lumière du soleil.

Après une première période d'inactivité, la sonde avait pu être réactivée fin février, ayant survécu à deux semaines de nuit lunaire, avant d'être remise en sommeil début mars.

SLIM a aluni dans un petit cratère de moins de 300 mètres de diamètre, appelé Shioli. Avant d'être éteint, l'engin avait pu débarquer normalement ses deux mini-rovers, censés mener des analyses de roches provenant de la structure interne de la Lune (le manteau lunaire), encore très mal connue.

Une autre sonde, Odysseus, opérée par l'entreprise américaine Intuitive Machines, avait réussi à se poser sur la Lune fin février, elle aussi de guingois, mais elle s'est définitivement éteinte, a annoncé samedi la firme, qui espérait initialement la réactiver après la nuit lunaire.

Odysseus était la sonde s'étant posée le plus au sud sur la Lune, une zone qui intéresse particulièrement les grandes puissances car il s'y trouve de l'eau sous forme de glace.

La Nasa souhaite à terme envoyer des astronautes sur la Lune, dans le cadre de ses missions Artémis.

nf-mac/ber