L'Agence spatiale européenne recrute ses futur(e)s astronautes

À partir du 31 mars, l’Agence spatiale européenne étudiera les candidatures au poste d’astronautes. Une campagne de recrutement à laquelle Maelys Beliazi, 24 ans, ingénieure aéronautique, diplômée de l’École nationale de l’aviation civile, a d’ores et déjà prévu de candidater. Elle explique : "Même si on n’a pas tous les critères, s’il me manque les trois ans d’expérience, ça se tente !". Lors du précédent recrutement, qui a notamment vu émerger Thomas Pesquet parmi 8 300 postulants, les candidatures féminines représentaient seulement 15 %. L’Agence spatiale européenne souhaite cette fois prôner la parité. Six postes d’astronaute à décrocher "Il faut avoir un niveau raisonnable dans beaucoup de disciplines mais quand on regarde les épreuves une par une, il n'y en a vraiment aucune qui est particulièrement insurmontable", assure Thomas Pesquet sur France Info mardi 15 février. Une fois choisis, à l’automne 2022, les six nouveaux astronautes européens auront pour horizon une décennie d’entraînement avant de pouvoir réaliser leur première mission. Une mission probablement vers la station spatiale internationale, ou pourquoi pas, sur la Lune !