Lagardère remplace le PDG d'Hachette Livre, qui s'était dit hostile à un "démantèlement"

·2 min de lecture
LAGARDÈRE REMPLACE LE PDG D'HACHETTE LIVRE, QUI S'ÉTAIT DIT HOSTILE À UN "DÉMANTÈLEMENT"

PARIS (Reuters) - Lagardère Groupe a annoncé lundi le départ du PDG d'Hachette Livre, Arnaud Nourry, qui s'était déclaré récemment hostile à tout "démantèlement" du groupe d'édition.

Pierre Leroy, déjà co-gérant et secrétaire général de la maison mère, est nommé PDG d'Hachette Livre à la place d'Arnaud Nourry qui quitte le groupe dans le cadre d'une "séparation amiable", selon un communiqué de Lagardère.

Cette décision intervient alors que le groupe Lagardère se trouve au centre d'une bataille d'influence entre Vincent Bolloré, le patron de Vivendi, et Bernard Arnault, celui de LVMH, venus l'un après l'autre à la rescousse d'Arnaud Lagardère pour l'aider à contrer l'offensive du fonds activiste Amber.

Hachette Livre, qui regroupe plus de 150 maisons d'édition dans le monde entier et a réalisé en 2020 un chiffre d'affaires de près de 2,4 milliards d'euros, dont 70% hors de France, est l'une des divisions de Lagardère qui seraient convoitées par Vivendi, déjà propriétaire de son grand concurrent Editis.

Dans un entretien publié la semaine dernière par le Monde, Arnaud Nourry avait déclaré que le projet d'Hachette était "de rester dans le groupe Lagardère" en estimant qu'"un rapprochement avec Editis n'a aucun sens stratégique" et que "toute idée de démantèlement est à éviter".

Le conseil d'administration d'Hachette Livre a également nommé Fabrice Bakhouche, jusqu'alors directeur financier, au poste de directeur général délégué.

"Avec le soutien de Fabrice Bakhouche et le talent des équipes, je sais que Pierre [Leroy] saura porter le projet ambitieux de développement d'Hachette Livre", déclare dans un communiqué Arnaud Lagardère, le gérant en commandite du groupe.

L'année 2020 s'est soldée pour Lagardère Groupe par une perte de 660 millions d'euros, en raison notamment de l'impact de la crise du coronavirus sur ses activités de boutiques d'aéroports ("travel retail"), ce qui a relancé ces derniers mois les spéculations sur d'éventuelles cessions d'actifs.

Arnaud Lagardère avait déclaré en février dernier qu'aucune décision n'avait été prise à ce stade concernant d'éventuelles cessions de ses actifs dans les médias ou un abandon du statut de société en commandite.

Le groupe Lagardère contrôle Europe 1, Paris Match et le Journal Du Dimanche.

(Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)