L'Afrique de l'Ouest gangrenée par le jihadisme

Claude Guibal
Le nombre de victimes de la guerre lancée par les jihadistes dans tout l'ouest de l'Afrique se compte désormais par milliers. Une contagion folle qui ne fait que s'accélèrer.

L'Afrique, nouvelle terre du jihad. Depuis le début de l'année, ce sont au moins huit attaques par jour en moyenne qui ont lieu entre le Mali, le Burkina Faso, ou encore le Niger. Des attaques qui dégénèrent en représailles intercommunautaires, comme dimanche 9 juin au Mali, où 95 personnes ont été tuées dans un village dogon, ou au Burkina Faso, où 15 corps ont été retrouvés dans un village du Nord où les violences ont déjà fait presque une centaine de morts depuis le mois d'avril. Le nombre de victimes de la guerre lancée par les jihadistes dans tout l'ouest de l'Afrique se compte désormais par milliers. Une contagion folle qui ne fait que s'accélèrer.

Une zone d'influence étendue à tous les pays du Sahel et d'Afrique subsaharienne


Le jihadisme en Afrique de l'Ouest a commencé son expansion en 2012, lorsque les groupes armés terroristes au sud de l'Algérie ont étendu leur influence au nord du Mali, dans les zones touaregs. Pour stopper leur avancée éclair vers Bamako, la France déclenche l'opération Serval en 2013. Une opération qui a permis de reprendre le contrôle du nord du pays, mais qui est loin d'avoir réglé le problème. Les terroristes chassés se sont au contraire éparpillés et disséminés. Leur zone d'influence s'est étendue à tous les pays du Sahel et d'Afrique subsaharienne : le Niger, la Côte d'Ivoire, la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi