L'Afghanistan célèbre son premier Aïd el-Fitr depuis la prise du pouvoir des talibans

L’Afghanistan célèbre l’Aïd el-Fitr qui marque la fin du mois de ramadan, soit la plus importante célébration du calendrier musulman avec l’Aïd el-Adha, dimanche 1er mai. Un symbole pour les talibans qui ont pris le pouvoir il y a huit mois après 20 ans de guerre contre l’ancien gouvernement afghan, soutenu par la coalition internationale. La guerre est finie dans le pays, mais samedi soir, à l'annonce de la date de l'Aïd, les armes se sont fait entendre à Kaboul.

Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

Aussitôt la date de l’Aïd annoncée par les responsables taliban, samedi soir, des tirs ont commencé à déchirer la nuit dans Kaboul. Un internaute indigné écrit sur Twitter : « Il y a des coups de feu partout. Mes enfants sont terrifiés, ils sont en train de pleurer. »

Le porte-parole de la police de Kaboul s’est fendu d’un message sur les réseaux sociaux vers 23h30 heure locale pour condamner ces tirs de joie, mais ils ont continué, bien que plus sporadiques jusque tard dans la nuit.

L’Afghanistan ne célèbrera donc pas l’Aïd el-Fitr comme l’Arabie saoudite et plusieurs autres pays musulmans lundi. L’Émirat islamique, tel qu’il se surnomme, montre surtout son autorité religieuse et politique, lui qui n’a toujours pas eu la reconnaissance de la communauté internationale.

Une crise majeure

Huit mois après leur prise du pouvoir, les talibans sont toujours en quête de cette reconnaissance. Les sanctions internationales qui pèsent sur le pays ont porté un coup majeur à l’économie de l’Afghanistan. La crise humanitaire qui y sévit est l’une des pires au monde.

Le pays n’en n’a pas non plus fini avec la violence. Kaboul était sans électricité samedi 30 avril après que des pylônes électriques ont été ciblés par des bombes dans la province de Parwan. Les attaques se multiplient contre les forces de sécurité talibanes et contre la minorité chiite Hazara.

Le groupe État islamique a revendiqué l’attaque contre un minibus dans l’ouest de Kaboul, faisant au moins cinq victimes, selon les médias locaux. Vendredi 29 avril, au moins dix personnes ont été tuées dans une explosion qui a frappé une mosquée de Kaboul après la prière.

À écouter aussi : D’ex-soldats à parias, le destin bouleversé des soldats de l’armée afghane

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles