"L'affaire Ruffini" : le journaliste Vincent Noce a enquêté sur une affaire retentissante de faux tableaux anciens

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

C'est une des plus passionnantes énigmes du monde de l'art : comment un marchand d'art, Giuliano Ruffini, aurait trompé pendant des décennies musées et maisons de ventes avec des dizaines de faux de maîtres anciens. Ancien journaliste de Libération, Vincent Noce retrace dans L'affaire Ruffini (Buchet Chastel) l'enquête qu'il a menée à ce sujet pendant cinq ans à travers la France, l'Italie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

Un récit "très bien documenté" pour démêler une "énorme affaire avec des dizaines et des dizaines de faux tableaux", estime l'expert français en maîtres anciens du pôle financier de Paris Eric Turquin.

Un faux Cranach vendu 7 millions d'euros

Au moins sept oeuvres, faussement attribuées notamment au Parmigianino, au Greco, à Cranach (dont la Vénus ci-dessus, saisie en 2016 pour expertise), sont dans le viseur de la justice française. Dont certaines ont atteint des sommets aux enchères, comme le faux Cranach vendu 7 millions d'euros au prince du Liechtenstein. La présence de liants ou de pigments du XXe siècle, détectés tardivement sur plusieurs tableaux, prouve qu'ils n'étaient pas d'époque.

Franco-Italien, Giuliano Ruffini, 75 ans, vit entre Parme et Reggio-Emilia. A la suite d'une enquête ouverte en 2014 pour "escroquerie artistique" et "contrefaçon", un mandat d'arrêt européen a été lancé à son encontre. Un peintre italien, Lino Frongia, soupçonné d'avoir exécuté des faux, est aussi réclamé par la justice française.

"Depuis les années 1990, il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi