Avec "l'affaire Pegasus", Israël pourrait revoir ses exportations de Défense

·2 min de lecture
AVEC "L'AFFAIRE PEGASUS", ISRAËL POURRAIT REVOIR SES EXPORTATIONS DE DÉFENSE

par Dan Williams

JÉRUSALEM (Reuters) - Une commission de la Knesset pourrait recommander des amendements à la politique israélienne d'exportations de Défense à la suite des accusations d'espionnage liées au logiciel Pegasus développé par le groupe national NSO, a déclaré jeudi l'un de ses membres.

Parmi les cibles présumées de "Pegasus" figure le président français Emmanuel Macron, qui a convoqué jeudi un conseil de Défense exceptionnel à ce sujet.

"Nous devons certainement réexaminer toute cette question des licences accordées par la DECA", a déclaré Ram Ben-Barak, président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Kesset, à la radio de l'armée israélienne.

Une référence à l'Agence de contrôle des exportations de Défense, gérée par le gouvernement israélien.

Israël a mis en place un comité interministériel chargé d'examiner les allégations portées depuis dimanche par un groupe international de 17 médias sur des piratages ou tentatives de piratage de téléphones appartenant à des responsables politiques, journalistes ou militants des droits de l'homme.

NSO a rejeté des "hypothèses erronées" et "théories non corroborées".

Le comité interministériel "va mener des contrôles, et nous étudierons de près les conclusions et verrons s'il nous faut régler certaines choses", a dit Ram Ben-Barak, ancien numéro deux du Mossad.

"A vrai dire, ce système (Pegasus) a permis de mettre au jour de nombreuses cellules terroristes et criminelles et a aidé un grand nombre de personnes. S'il a été utilisé à tort, ou vendu à des parties irresponsables, c'est quelque chose qui doit être vérifié", a-t-il ajouté.

Après que la radio de Tsahal a également diffusé jeudi une interview de Szabolcs Panyi, un journaliste hongrois affirmant que Pegasus a été détecté sur son téléphone portable, le patron de NSO, Shalev Hulio, a promis d'enquêter.

Refusant d'identifier les pays clients, Shalev Hulio n'a pas dit si la Hongrie avait acheté Pegasus, mais a précisé que NSO avait travaillé avec 45 pays et décliné les demandes de quelque 90 autres.

(Reportage Dan Williams à Jérusalem avec Gergely Szakacs à Budapest, version française Federica Mileo, édité par Sophie Louet)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles