Lafarge n'est plus poursuivi pour "complicité de crimes contre l'humanité", mais reste mis en examen pour "financement du terrorisme"

franceinfo

La cour d'appel de Paris a annulé les poursuites pour "complicité de crimes contre l'humanité" contre le groupe Lafarge, a appris franceinfo de source judiciaire jeudi 7 novembre. Pour maintenir coûte que coûte en activité son usine dans le nord de la Syrie, Lafarge est soupçonné d’avoir financé jusqu'en 2014 plusieurs organisations terroristes en Syrie, dont Daech.

La décision de la cour d'appel est totalement justifiée pour l'un des avocats du groupe, Christophe Ingrain, interrogé sur franceinfo : la cour d'appel "a corrigé la décision des juges de première instance, considérant qu'elle était infondée. Maintenant il est clair que ni de près ni de loin Lafarge SA n'a pris part au crime qui lui était reproché dans le dossier".

Il n'y a pas d'éléments qui justifiaient la mise en examen de Lafarge SA pour ce crime. La chambre de l'instruction a fait le même constat que nous.

Christophe Ingrain, avocat du groupe Lafarge

à franceinfo

Le cimentier français reste en revanche poursuivi pour "violation de l'embargo", "mise en danger de la vie de ces salariés" et "financement du terrorisme", précise la source judiciaire. Huit cadres et dirigeants du groupe sont poursuivis dans ce dossier dont l'ex-PDG du groupe, Bruno Lafont. Selon l'avocat Christophe Ingrain, "la décision [de la cour d'appel] nous donne encore plus de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi