Lady Kitty Spencer : un petit air de Diana

·1 min de lecture

Elle possède cette touche de sophistication, de bonne éducation et de culture qui fait toute la différence. A vingt-sept ans, la nièce de la princesse Diana, dont elle a hérité la blondeur et le regard pervenche, a mis la fashion sphère à ses pieds. Un troisième défilé, très remarqué, pour Dolce & Gabbana à Milan en février en 2018, une campagne de pub pour la maison de haute joaillerie Bulgari, une apparition hyperglamour lors du mariage de son cousin germain, le prince Harry, avec Meghan Markle…

Notre it girl monopolise en ce moment l’attention des magazines. Du très chic et très british Tatler à Vanity Fair et Vogue, l’engouement est unanime. Qu’importe ses formes callipyges – parfaitement assumées –, qui détonnent dans cet univers impitoyable de silhouettes filiformes. Lady Spencer, par son charme et son élégance racée, réussit un tour de force : s’imposer telle qu’elle est, tout simplement.

Fille du comte Charles Spencer – frère cadet de Lady Di – et de Victoria Lockwood, ancien mannequin, Kitty Eleanor, née à Londres le 28 décembre 1990, est l’aînée d’une famille recomposée de six enfants. Issue d’un illustre lignage, qui règne depuis le XVIe siècle sur le domaine d’Althorp dans les Midlands, elle n’a pas eu une jeunesse facile, loin de là. Six mois à peine après sa naissance, son père fricote avec l’une de ses ex. Son épouse, meurtrie, sombre alors dans la dépression. Comme pour panser ses plaies, Victoria donnera naissance, deux ans plus tard, aux ravissantes jumelles (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - « La plus belle rencontre » : Julien Doré ému par des images de Christophe
"Il nous échappe une fois de plus" : Flavie Flament "très en colère" après le suicide de son violeur
Le saviez-vous ? Blanche Gardin, ex-policière, a surveillé le domicile d'un ex-ministre
"King Kong tenu en laisse" : Eric Dupond-Moretti a mis de l'eau dans son vin
Sofia de Suède, infirmière luttant contre la pandémie : une supercherie ?