Lady Diana : le journaliste qui l’avait interviewée en 1995 avoue avoir usé de méthodes "trompeuses" et s’excuse

·1 min de lecture

C’est sans doute la destinée royale la plus tragique. En 1981, des millions de Britanniques assistaient au mariage en grandes pompes entre l’héritier du trône, le prince Charles, et Diana Spencer. Une union qui a très vite défrayé la chronique. Si les époux ont eu deux enfants, William et Harry, leurs problèmes de couple n’ont cessé d’alimenter la presse à scandale. Séparés en 1992, il aura fallu attendre l’année 1996 pour que le divorce soit acté. Mais un an avant, Lady Diana semblait déjà déterminée à prendre les rênes de son destin. En 1995, 23 millions de personnes étaient pendus aux lèvres de la princesse de Galles lors d’une interview diffusée alors dans l’émission Panorama, sur la BBC. À l'époque, c’est le journaliste Martin Bashir qui avait eu l’honneur de recevoir ses confidences explosives. Comme ce fut le cas pour Oprah Winfrey face à Meghan Markle et le prince Harry, il y a quelques mois.

Un entretien au cours duquel Lady Diana avait affirmé qu’il y avait "trois personnes" dans son mariage, faisant référence à la relation alors ambiguë qu’entretenait le prince Charles avec Camilla Parker Bowles, son actuelle épouse. Mais déjà en 1996, la BBC avait mené une enquête interne sur les conditions de cette interview, sans en tirer de grandes conclusions. Or, 26 ans plus tard, la version est tout à fait différente. Dans un rapport rendu ce jeudi 20 mai par l’ancien juge de la Cour suprême, John Dyson, le "comportement trompeur" de Martin Bashir est dénoncé sans pincettes. Pendant (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Jean Castex annonce que la vaccination va finalement être ouverte à tous les Français dès le 31 mai
Terrasses bondées : Jean Castex appelle les Français à plus de "discipline collective"
Le prince William enfin vacciné !
Le coup de gueule d'un restaurateur sur la réouverture des terrasses dans Apolline matin : "Je me demande si on va rester longtemps ouverts"
"Il va kiffer grave, compter les petits trains" : un ministre se moque du déplacement à Nice de Jean Castex en train de nuit