L'administration Biden va examiner les sanctions visant des membres de la CPI

par Simon Lewis
·2 min de lecture
L'ADMINISTRATION BIDEN VA EXAMINER LES SANCTIONS VISANT DES MEMBRES DE LA CPI

par Simon Lewis

WASHINGTON (Reuters) - L'administration de Joe Biden va "examiner méticuleusement" les sanctions américaines imposées contre des représentants de la Cour pénale internationale (CPI) en réponse à l'enquête de la juridiction de La Haye sur des crimes de guerre présumés de l'armée américaine en Afghanistan, a dit mardi un porte-parole du département d'Etat.

"Bien que nous soyons en désaccord avec les actions de la CPI par rapport à l'Afghanistan et à la situation entre Israéliens et Palestiniens, les sanctions vont être méticuleusement examinées alors que nous déterminons la marche à suivre", a déclaré le porte-parole dans un communiqué écrit.

L'administration de l'ancien président Donald Trump a accusé la CPI d'avoir empiété sur la souveraineté américaine en autorisant l'ouverture d'une enquête sur des crimes de guerre et crimes contre l'humanité présumés des troupes américaines en Afghanistan entre 2003 et 2014.

Donald Trump a signé l'an dernier un décret autorisant l'imposition de sanctions - gel d'avoirs et interdiction de visa notamment - contre tout employé de la CPI et quiconque soutenant les travaux de celle-ci. La procureure générale de la CPI, Fatou Bensouda, fait partie des représentants visés par les sanctions.

Par ailleurs, le secrétaire d'Etat de Donald Trump, Mike Pompeo, avait affiché son opposition à une enquête lancée en 2019 sur de possibles crimes de guerre dans les territoires palestiniens.

La nouvelle administration à Washington soutient des réformes visant à "aider la cour à mieux remplir ses missions principales consistant à punir et dissuader les atrocités criminelles", a déclaré le porte-parole du département d'Etat, ajoutant qu'elle pourrait coopérer avec la CPI dans des "cas exceptionnels". Les Etats-Unis ne sont pas membres de la cour.

(version française Jean Terzian)