L'actu en dessin : les enquêteurs russes sur l'attentat de Moscou ont leur conviction

Les enquêteurs russes ont affirmé jeudi que les auteurs de l'attentat du Crocus City Hall près de Moscou, qui a fait au moins 143 morts, avaient des "liens avec les nationalistes ukrainiens". Kiev nie pourtant catégoriquement toute implication dans cette attaque, la plus meurtrière perpétrée en Russie depuis 20 ans, qui a été revendiquée par la branche afghane du groupe État islamique.

"Le travail avec les terroristes détenus, l'examen des dispositifs techniques saisis sur eux et l'analyse des informations sur les transactions financières ont permis d'obtenir des preuves de leurs liens avec les nationalistes ukrainiens", a déclaré, jeudi 28 mars sur Telegram, le Comité d'enquête russe sur l'attentat contre le Crocus City Hall.

Selon cet organe chargé des principales investigations criminelles, les quatre assaillants ont reçu d'"importantes sommes d'argent et des cryptomonnaies en provenance d'Ukraine, qui ont été utilisées pour la préparation de ce crime". Les enquêteurs ont aussi fait part de l'arrestation d'un nouveau suspect, accusé d'avoir participé au "financement" de l'attaque.

Le groupe État islamique a revendiqué l'attentat, dont il a diffusé des images. Les États-Unis et la France ont fait savoir que, selon les renseignements disponibles, des membres de l'organisation jihadiste seraient bien responsables.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Attentat près de Moscou : la prétendue implication de l'Ukraine alimente les infox
Attentat de Moscou : pourquoi le Kremlin met en scène sa brutalité contre les suspects
Après l'attentat de Moscou, Poutine admet une attaque "islamiste" mais accuse toujours l'Ukraine