L'acteur de la série "Validé" Brahim Bouhlel s'excuse après une vidéo qui suscite l'indignation au Maroc

Clément Boutin
·2 min de lecture

L'acteur Brahim Bouhlel a présenté ses excuses sur Instagram après qu'une vidéo, tournée au Maroc, a provoqué une polémique sur les réseaux sociaux. On peut l'entendre tenir des propos qui ont été jugés humiliants pour les femmes marocaines et trois enfants qui apparaissent dans la séquence.

"Je suis complètement effondré." L'acteur Brahim Bouhlel a présenté ses excuses lundi sur Instagram, après la diffusion d'une vidéo tournée au Maroc qu'il qualifie de "parodique", mais qui a provoqué une vive polémique sur les réseaux sociaux, amenant la justice marocaine à intervenir, selon Le Courrier de l'Atlas et le média marocain TelQuel.

Dans cette séquence tournée à Marrakech et diffusée samedi sur les réseaux sociaux, le comédien de la série "Validé" double en voix-off les propos de l'acteur franco-algérien Hedi Bouchenafa et de l'influenceur franco-marocain Zbarbooking. "Ce que j'aime bien ici, c'est toutes les p**** que je paie 100 dirhams", peut-on notamment l'entendre dire.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Il tient également des propos jugés humiliants par les internautes, concernant trois enfants, deux garçons et une fille, qui apparaissent non floutés dans la vidéo. 

"Je joue un personnage"

Répondant à la polémique par le biais d'un message vidéo publié lundi sur son compte Instagram, Brahim Bouhlel présente "ses plus sincères excuses au peuple marocain" et assure que sa volonté "n'était autre que de [se] moquer des gens qui véhiculent ces clichés [sur le Maroc, ndlr]." 

Selon des informations du Courrier de l'Atlas mardi, l'association du Club des avocats au Maroc a porté plainte devant le Procureur du Roi, et Brahim Bouhlel et Zbarbooking ont été placés en garde à vue. 

De son côté, Le Parisien rapporte qu'une enquête a été ouverte pour "incitation à la haine et à la discrimination", "diffamation" et pour diffusion de vidéos de personnes sans leur consentement. 

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :