Lactalis: "Indemniser c'est bien, mais l'argent n'achète pas tout", réagit Griveaux

1 / 2

Lactalis: "Indemniser c'est bien, mais l'argent n'achète pas tout", réagit Griveaux

Le porte-parole du gouvernement a estimé sur BFM Politique que les explications d'Emmanuel Besnier, le PDG de Lactalis, n'étaient pas suffisantes "à ce stade".

Après des semaines de silence, le patron de Lactalis a promis dans un entretien au JDD ce dimanche d'indemniser "toutes les familles qui ont subi un préjudice" à cause du lait infantile contaminé à la salmonelle vendu par le groupe français. Emmanuel Besnier affirme avoir lui-même proposé au gouvernement cette mesure qui s'étend à 83 pays. Quelques heures après la parution de cet entretien, le porte-parole du gouvernement a réagi sur notre plateau de BFM Politique.

"Indemniser c'est bien, mais l'argent n'achète pas tout", a déclaré Benjamin Griveaux, invité d'Apolline de Malherbe.

"Quand on a du lait qui a été mis en circulation et qui a manifestement provoqué des situations sanitaires compliquées pour des enfants, c'est que quelque part il y a eu un manquement, ou alors j'en perds mon latin.", a-t-il ajouté. 

L'Etat pointé du doigt

Le porte-parole du gouvernement a par ailleurs estimé que les explications du patron de Lactalis n'étaient pas suffisantes "à ce stade", assurant que l'enquête n'épargnerait "personne". Y compris l'Etat qui "prendra sa part de responsabilité", notamment en raison de la présence de boîtes de lait infantile potentiellement contaminées dans des hôpitaux.

"Il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt", a promis Benjamin Griveaux, tout en dédouanant les contrôleurs de la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF)...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi