L'accord sur les céréales ukrainiennes reconduit pour l'hiver

Danil SEMYONOV / AFP

L'accord céréalier signé en juillet par Kiev et par Moscou pour permettre la poursuite des exportations de céréales ukrainiennes par la mer Noire sera prolongé de 120 jours à partir du 19 novembre. C’est ce qu’a annoncé ce jeudi le ministre ukrainien des Infrastructures, saluant un pas « important dans la lutte contre la crise alimentaire mondiale ».

La nouvelle de la prolongation de l’accord a rapidement été confirmée par la Turquie, principale médiatrice de l’accord. Cet accord est conclu sous l’égide des Nations unies et sa bonne mise en œuvre est assurée depuis un centre de coordination basé à Istanbul, rapporte notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a « salué » la nouvelle dans un communiqué transmis par le Centre de coordination conjointe (JCC) basé à Istanbul, qui supervise les mouvements de bateaux via le Bosphore.

Mercredi, le président turc Recep Tayyip Erdogan était apparu optimiste, espérant la prolongation de l’accord pour un an. C’est ce qu’avait souhaité l’Ukraine. Ce sera finalement 120 jours, sous les mêmes conditions. L’ONU, qui est aussi partie à l’accord, s’est déclarée « pleinement engagée à lever les obstacles qui entravent les exportations de produits agricoles et engrais » russes, un point auquel Recep Tayyip Erdogan s’est aussi dit très attentif.

Ces céréales sont indispensables pour stabiliser les cours sur les marchés internationaux et pour ravitailler les populations les plus vulnérables aux risques de faim, en particulier en Afrique. Sur les 11 millions de tonnes exportées à ce jour, environ 40% ont été affectées aux pays en développement.

(et avec AFP)


Lire la suite sur RFI