L'Académie des Oscars met à l'honneur une actrice amérindienne, 50 ans après sa mise au ban

© Frazer Harrison / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

L'actrice Sacheen Littlefeather a été mise à l'honneur samedi lors d'une cérémonie à Los Angeles, durant laquelle l'Académie lui a présenté ses excuses. Elle avait été conspuée en 1973 pour avoir refusé un Oscar pour "Le Parrain" au nom de Marlon Brando en raison du "traitement des Indiens d'Amérique aujourd'hui par l'industrie du cinéma".

Presque 50 ans après avoir été huée sur la scène des Oscars pour avoir refusé une récompense, au nom de Marlon Brando, en protestation contre le traitement par Hollywood des Amérindiens, Sacheen Littlefeather a été mise à l'honneur samedi par l'Académie des arts et des sciences du cinéma. Au cours d'une cérémonie émouvante à Los Angeles, ponctuée de danses et de chants amérindiens, l'Académie a présenté des excuses publiques à Sacheen Littlefeather, jadis célébrée par des militants pour sa démarche mais mise au ban par les professionnels du cinéma.

"Je savais que je devais dire la vérité"

Sacheen Littlefeather, qui est Apache et Yaqui, avait été conspuée lors de la cérémonie de 1973 alors qu'elle expliquait pourquoi Marlon Brando, qu'elle représentait en son absence, ne pouvait accepter son Oscar du meilleur acteur pour "Le Parrain" en raison du "traitement des Indiens d'Amérique aujourd'hui par l'industrie du cinéma". À un public venu en nombre au musée des Oscars, l'actrice a raconté samedi être alors "montée sur scène, comme une femme indienne fière, avec dignité, avec courage, avec grâce et avec humilité".

>> LIRE AUSSI - Will Smith interdit de toute cérémonie des Oscars pour dix ans

"Je savais que je devais dire la vérité. Certaines personnes pouvaient l'accepter. Et d'autres non". Sacheen Littlefeather a expliqué qu'il avait fallu empêcher la star des westerns John Wayne de l'agresser physiquement alors qu'elle quittait la scène. Alors membre du Screen Actors' ...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Les Oscars s'ouvrent encore plus aux minorités et aux femmes