Ce lac du Groenland s'est vidé en quelques heures sous les yeux des scientifiques

Stacie Arena
Une image du lac avant-après. Selon une étude du PNAS, de gigantesques fractures dans la calotte glaciaire formeraient des "moulins" à eau drainant plusieurs centaines de milliers de litres d'eau par seconde.

ENVIRONNEMENT - Il n’aura fallu que cinq heures à ce lac de la banquise du Groenland pour que les deux-tiers de sa masse disparaissent. Un phénomène directement lié au réchauffement climatique qu’ont pu également observé Mike Horn et Borge Ousland lors de leur récente expédition périlleuse au pôle Nord.

Cependant, comment expliquer la disparition d’environ 5 millions de litres d’eau en seulement quelques minutes? Dans cette étude publiée sur le site de la Pnas (Proceedings of the National Acamdemy of Science) ce lundi 2 décembre, des scientifiques américains ont fait le bilan de centaines d’images capturées le 7 juillet 2018 à l’aide d’un drone afin d’éclaircir le processus opéré lorsque le lac se vide.

Des relevés précieux puisqu’ils n’en existent que très peu dans cette région du monde.

Dans cette étude, la Pnas a démontré que ce lac du glacier “Store” avait subi “un drainage rapide”, accéléré par la présence d’une fracture, laissant s’échapper des millions de litres d’eau dans des puits pouvant atteindre 1 kilomètre de profondeur.

Ce “drainage” que l’on pourrait imaginer par des ruissellement progressifs de fissures en fissures s’avère être un véritable “moulin à eau”, provoqué par des “hydrofractures” glacières dignes des plus grandes cascades. “Le phénomène de drainage a transporté 4.800.000 millions de litres d’eau de fonte dans le lit du glacier en environ 5 h, réduisant le lac à un tiers de sa surface”, peut-on lire sur le site de la PNAS. 

Pourtant, la fracture observée ce 7 juillet 2018, avait déjà drainé le même lac un an avant. Un détail qui a permis aux scientifiques de comprendre qu’il existait un véritable code de la circulation sous-terrain qui permettait aux écoulement d’eau d’aller et venir,...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post