La première "guerre" de l'histoire n'a pas eu lieu

·1 min de lecture
Le massacre le plus vieux du monde était en fait le résultat de petits conflit répétés dans le temps à cause d'un changement climatique. Photographie des individus JS 20 et 21. (Photo: Wendorf Archives of the British Museum)
Le massacre le plus vieux du monde était en fait le résultat de petits conflit répétés dans le temps à cause d'un changement climatique. Photographie des individus JS 20 et 21. (Photo: Wendorf Archives of the British Museum)

PREHISTOIRE - Des projectiles partout et des lésions jusqu’à l’os. Découvert dans les années 1960, le complexe funéraire de Jebel Sahaba, dans la vallée du Nil au Soudan, avait tout d’un cimetière de guerre. La première de l’histoire - ou de la préhistoire, à en croire les premières analyses des ossements, vieux de 13 millénaires.

En réalité, point de guerre ni de massacre, mais plutôt une succession de raids et d’embuscades entre plusieurs chasseurs-pêcheurs-cueilleurs, conclut une nouvelle analyse menée par des scientifiques du CNRS et de l’Université Toulouse, publiée ce jeudi 27 mai dans la revue Scientific Reports. Une violence exacerbée par des changements climatiques, suggèrent les auteurs.

De 2013 à 2019, une équipe d’anthropologues, de préhistoriens et de géochimistes a réexaminé les ossements de 61 des individus enfouis à Jebel Sahaba. Les chercheurs voulaient déterminer quelles lésions avaient été causées par l’action du temps sur les cadavres.

Une centaine de nouvelles lésions ont été découvertes. Avec elles, des traces de cicatrisation. Là, le bât blesse. Ces plaies refermées indiquent que cette population a subi une violence répétée, espacée dans le temps, ce qui ne correspond pas avec une guerre unique, qui concentre les victimes.

Lacérer et faire saigner la victime

“Ces nouvelles données révèlent en outre que la majorité des lésions a été produite par des projectiles composites, des armes de jet (flèches ou lances) composées de plusieurs pièces tranchantes. [...] La présence de pointes diverse...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles