La police du Nevada veut l'ADN de Ronaldo, accusé d'agression sexuelle

La police du Nevada a annoncé jeudi avoir formellement demandé aux autorités italiennes d'obtenir un échantillon d'ADN de Cristiano Ronaldo. /Photo d'archives/REUTERS/Massimo Pinca

LOS ANGELES (Reuters) - La police du Nevada a annoncé jeudi avoir formellement demandé aux autorités italiennes d'obtenir un échantillon d'ADN de Cristiano Ronaldo, visé par une plainte pour agression sexuelle déposée par une femme dans l'Etat américain en septembre dernier.

Selon une plainte que Reuters a pu consulter, une femme, Kathryn Mayorga, accuse le footballeur de l'avoir violée en 2009 dans un hôtel de Las Vegas. Elle dit aussi avoir dû conclure sous la contrainte un accord de confidentialité de 375.000 dollars (324.000 euros), qu'elle veut faire annuler.

Cristiano Ronaldo, 33 ans, a alors "fermement" démenti les accusations portées contre lui et a dit attendre avec sérénité l'issue des investigations.

La police de Las Vegas cherche à déterminer si l'ADN du footballeur portugais, qui évolue dans le championnat de première division italienne avec la Juventus Turin, correspond à celui qu'elle a trouvé sur une robe de Kathryn Mayorga et qui n'a pas été identifié.

Cette information, rapportée en premier lieu par le Wall Street Journal, a été confirmée à Reuters par une porte-parole de la police de Las Vegas.

Dans un communiqué transmis à Reuters, l'avocat de Cristiano Ronaldo a laissé entendre qu'une demande d'échantillon d'ADN de son client avait effectivement été formulée.

"M. Ronaldo a toujours affirmé, comme c'est encore le cas aujourd'hui, que ce qui s'est passé à Las Vegas en 2009 était de nature consensuelle, donc il ne serait pas surprenait que de l'ADN soit présent et que la police effectue cette demande plutôt banale dans le cadre de son enquête", a déclaré Me Peter Christiansen.


(Steve Gorman; Jean Terzian pour le service français)