La mise en examen de Fillon ravive l'inquiétude dans son camp

par Sophie Louet
La mise en examen mardi de François Fillon, même attendue, a ravivé le désarroi dans les rangs de la droite et du centre où beaucoup se résolvent, entre dépit et abattement, à une défaite annoncée. /Photo prise le 1er décembre 2016/REUTERS/Stéphane Mahé

par Sophie Louet

PARIS (Reuters) - "C'est archi-cuit pour nous". La mise en examen mardi de François Fillon, même attendue, a ravivé le désarroi dans les rangs de la droite et du centre où beaucoup se résolvent, entre dépit et abattement, à une défaite annoncée.

Le candidat de la droite et du centre, qui se dit victime d'une enquête "exclusivement à charge" et privé du traitement dû à "un justiciable comme les autres", avait pris les devants le 1er mars en dramatisant comme un "assassinat politique" sa convocation dans l'enquête sur les emplois présumés fictifs dont aurait bénéficié sa famille.

Sa mise en examen a finalement été prononcée avec 24 heures d'avance, pour éviter un nouvel accès de fièvre médiatique selon son entourage, mais même désamorcée, la bombe à fragmentation fait son effet.

Ses proches ont beau balayer "un non-événement", le député (Les Républicains) de Paris est entré mardi dans les annales de la Ve République comme le premier candidat d'un grand parti mis en examen dans une campagne présidentielle.

"Vous imaginez le général de Gaulle mis en examen pour détournements de fonds publics et se présenter quand même à l'élection présidentielle?", a ainsi écrit sur Twitter Jean-Pierre Grand, l'un des "juppéistes" à avoir oeuvré sans succès pour le remplacement de François Fillon.

Une référence assassine, une de plus, à la leçon d'éthique de François Fillon à Nicolas Sarkozy, mais aussi à Alain Juppé, le 28 août 2016 lors de la campagne pour la primaire : "Qui imagine le général de Gaulle mis en examen?", avait-il lancé.

Les "sarkozystes", qui constituent désormais le noyau dur d'une équipe de campagne désertée par les soutiens d'Alain Juppé et Bruno Le Maire depuis le refus du maire de Bordeaux de se prêter à un "plan B", ont pris la défense du candidat, a minima, et appelé au rassemblement.

"DU JAMAIS VU"

"Tout cela est une histoire écrite d'avance. On le sait, on continue, on fait campagne. Maintenant c'est aux Français de juger", a dit à des journalistes Christian Jacob, coordinateur de la campagne avec Bruno Retailleau. "Personne ne volera aux Français l'alternance", a écrit pour sa part sur Twitter Eric Ciotti, réaffirmant sa "confiance" en François Fillon.

Frédéric Dabi (Ifop) juge que cette nouvelle péripétie, à moins de six semaines du premier tour de la présidentielle, "ne change pas la donne" mais elle complique encore sa campagne.

"Tout le monde s'y attendait, la campagne de François Fillon était déjà empoisonnée par les affaires, mais maintenant il porte en plus une pancarte 'mis en examen', c'est du jamais vu", a-t-il dit à Reuters.

Depuis le 25 janvier et la révélation des emplois présumés fictifs de son épouse Penelope, le candidat est plongé dans une procédure judiciaire qui le condamne à l'élimination si l'on en croit les sondages.

La révélation par Le Journal du Dimanche des cadeaux vestimentaires accordés à François Fillon pour près de 48.500 euros depuis 2012, puis les informations du Parisien mardi sur ses enfants Marie et Charles Fillon, qui ont rétrocédé à leurs parents une partie des salaires d'assistants gagnés auprès de leur père, ont achevé de jeter le trouble sur un homme devenu impénétrable aux yeux mêmes de ses fidèles.

"CATASTROPHIQUE"

"On n'a plus le choix. On fait campagne. Comme on peut. Les bureaux sont vides, on n'est plus encadré", lâche un membre de l'équipe.

Un haut dirigeant de LR est sans détour : "C'est archi-cuit pour nous. Tous les jours il y a quelque chose de nouveau."

"L'histoire des costumes c'est catastrophique, ça parle aux gens. Il y a maintenant cette histoire de remboursement par les enfants. J'espère que l'on va pouvoir sauver quelques meubles aux législatives", a-t-il confié à Reuters.

François Fillon n'a rien laissé paraître mardi de ses nouveaux ennuis et a ajouté un meeting à son agenda mercredi.

"Dans cette campagne présidentielle où les balles volent bas, je peux vous confier en souriant qu’il ne me déplaît pas d’être aux côtés de vrais chasseurs", a-t-il ironisé lors d'une intervention mardi après-midi devant l’assemblée générale de la Fédération nationale des chasseurs, à Paris.

Le candidat a ensuite signé avec le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, l'accord d'union entre la droite et le centre en vue de la présidentielle et des législatives.

"On va faire entre 18 et 20%, il n’y a aucune dynamique et rien ne peut être imaginé qui puisse le relancer. On n’a plus la moindre prise sur les événements. L’image de Fillon est irrémédiablement abîmée", soupire un "juppéiste".

(Avec Ingrid Melander, Yves Clarisse et Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages