La marine chinoise en démonstration de force

Qiu Yanpeng, commandant adjoint de la marine de l'Armée populaire de libération (APL). La marine chinoise s'apprête à dévoiler la semaine prochaine de nouveaux bâtiments, dont plusieurs sous-marins à propulsion nucléaire et destroyers, à l'occasion d'une parade maritime marquant le 70e anniversaire de sa création. /Photo prise le 20 avril 2019/REUTERS/Jason Lee

QINGDAO, Chine (Reuters) - La marine chinoise s'apprête à dévoiler la semaine prochaine de nouveaux bâtiments, dont plusieurs sous-marins à propulsion nucléaire et destroyers, à l'occasion d'une parade maritime marquant le 70e anniversaire de sa création.

Le commandant adjoint de la force navale, Qiu Yanpeng, qui s'exprimait samedi devant la presse dans le port de Qingdao, au sud de Pékin, a précisé que le porte-avions Liaoning serait associé à cette manifestation, programmée mardi prochain.

Acheté en 1998 à la marine ukrainienne et modernisé en Chine, le Liaoning est le premier porte-avions dont la marine chinoise a été équipée.

Un second porte-avions, de conception et de fabrication entièrement chinoise, est sorti des chantiers navals de Dalian et a été mis à la mer fin avril 2017. Ses essais en mer ont débuté il y a près d'un an.

Ce bâtiment "100% Made in China", à propulsion classique et dont la construction a débuté en 2013, ne devrait pas entrer en service avant 2020. La marine chinoise n'a pas précisé s'il participerait aux cérémonies de mardi.

Longtemps cantonnée à des opérations côtières, la marine chinoise a vu son importance croître sur fond de montée de la puissance chinoise et de tensions géopolitiques en mer de Chine méridionale, qui impliquent des capacités de projection renforcées.

Pékin, qui se défend de toute posture agressive, revendique la possession de la quasi-totalité de la mer de Chine du Sud, dont les fonds renfermeraient de vastes quantités de pétrole et de gaz et qui constitue une voie de navigation commerciale majeure. Ses ambitions se heurtent à celles de Bruneï, de la Malaisie, des Philippines, de Taïwan et du Vietnam.

"Une marine forte est essentielle à l'édification d'une nation maritime forte", a souligné Qiu samedi à Qingdao. "De 1840 à 1949, la Chine a été envahie plus de 470 fois par des puissances étrangères venues de la mer au prix de souffrances immenses et de blessures profondes infligées à la nation chinoise."

Les dépenses militaires doivent progresser de 7,5% cette année, un rythme inférieur à celui de l'an dernier mais au-dessus de l'objectif de croissance du PIB chinois.

Le président chinois Xi Jinping, qui pilote la modernisation de l'Armée populaire de libération (APL), pourrait assister à la parade maritime de mardi, même si les autorités chinoises n'ont pas confirmé sa présence.


(Ben Blanchard avec John Ruwitch à Shanghai; Henri-Pierre André pour le service français)