La Grande-Bretagne va réduire l'aide apportée à l'opposition syrienne

Des forces fièles à Bachar al Assad. Le gouvernement britannique a annoncé lundi qu'il allait mettre fin au financement de certains programmes d'aide dans les zones de Syrie contrôlées par l'opposition au régime de Bachar al Assad. /Photo d'archives/REUTERS/Omar Sanadiki (Reuters)

(Reuters) - Le gouvernement britannique a annoncé lundi qu'il allait mettre fin au financement de certains programmes d'aide dans les zones de Syrie contrôlées par l'opposition au régime de Bachar al Assad.

D'après le Times, le ministère des Affaires étrangères et le département du Développement international ont déterminé que les programmes d'aide dans certaines parties du nord-ouest de la Syrie, dernier grand bastion tenu par les rebelles, n'étaient "pas viables".

Les démarches visant à créer une force de police indépendante seront abandonnées à partir de septembre, rapporte par ailleurs le journal, tandis que les projets de financement de collectivités locales sont reconsidérés et seront probablement arrêtés d'ici la fin de l'année fiscale.

"Alors que la situation sur le terrain dans certaines régions est devenue de plus en plus difficile, nous avons réduit le financement de certains de nos programmes non humanitaires", a déclaré à Reuters une porte-parole du gouvernement.

"Nous allons cependant continuer à fournir une aide essentielle à ceux qui en ont le plus besoin, et pour améliorer la sécurité et la stabilité dans la région", a-t-elle ajouté dans un communiqué transmis par email.

Londres a déclaré avoir déboursé 152 millions de livres (169 millions d'euros) dans des programmes humanitaires en Syrie sur l'année fiscale 2017-2018.

En 2013, le gouvernement britannique avait accru l'aide humanitaire apportée à l'opposition syrienne, lui fournissant par ailleurs des véhicules blindés et contribuant à l'entraînement des insurgés.

(Kanishka Singh à Bangalore; Jean Terzian pour le service français)