La France, le Royaume-Uni et l'Australie commémorent le 11 novembre

Plus d'un siècle après la fin de la Première Guerre mondiale, le monde a rendu hommage aux 9,7 millions de soldats tombés lors de ce conflit sanglant.

Comme le veut la tradition, le président français, Emmanuel Macron, a d'abord déposé une gerbe de fleurs sur la statue de George Clemenceau (le ministre de la Guerre de l'époque) à Paris. Il a ensuite remonté les Champs-Elysées escorté par la Garde Républicaine, jusqu'à l'arc de Triomphe, où il a ravivé la flamme du Soldat inconnu . Depuis 1920, ce tombeau symbolise tous les hommes et les femmes morts au combat pour la France.

Le président s'est ensuite rendu dans l'après-midi au parc André Citroën, dans le XVe arrondissement de Paris, pour y inaugurer le premier monument national dédié aux 549 soldats "morts pour la France" en opérations extérieures depuis 1963, soit depuis la fin de la guerre d'Algérie.

Les Britanniques ont observé deux minutes de silence à 11 h précises , pour célébrer la signature de l'armistice entre les alliés et l'armée allemande, 101 ans plus tôt.

Le Premier ministre, Boris Johnson, était à Wolverhampton, où il a rendu hommage à plusieurs vétérans. 

En Australie, près de 3000 personnes étaient réunies au Mémorial de la guerre à Canberra . Le Gouverneur général, David Hurley, a rendu hommage à tous les soldats australiens morts lors de la Grande guerre, ou dans tout autre conflit.