La Cour suprême pakistanaise ordonne la libération de Nawaz Sharif

La Cour suprême du Pakistan a ordonné mercredi la remise en liberté de l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif et de sa fille Maryam Nawaz, condamnés respectivement à dix et sept ans de prison en juillet pour corruption. /Photo prise le 14 septembre 2018/REUTERS/Mohsin Raza

ISLAMABAD (Reuters) - La Cour suprême du Pakistan a ordonné mercredi la remise en liberté de l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif et de sa fille Maryam Nawaz, condamnés respectivement à dix et sept ans de prison en juillet pour corruption.

Ces condamnations sont suspendues en attendant le résultat d'un examen en appel par le même tribunal.

La décision a été célébrée bruyamment par une foule de partisans de Nawaz Sharif rassemblée devant le siège de la Cour.

Nawaz Sharif, revenu au pouvoir en 2013 après avoir dirigé le gouvernement à deux précédentes reprises, a été destitué en 2017 en raison d'une enquête sur la fortune de sa famille, lancée à la suite de révélations dans l'affaire des "Panama Papers" en 2016.

Le tribunal de l'Office anticorruption pakistanais (NAB) l'a condamné à dix ans de prison et à l'équivalent de 9 millions d'euros d'amende le 6 juillet dernier pour l'achat par sa famille d'appartements de luxe à Londres.

Nawaz Sharif nie tout en bloc et dénonce un complot manigancé par l'armée pakistanaise visant à l'écarter de la vie politique.

"L'accusation n'a pas été en mesure de démontrer que ces propriétés appartiennent à Nawaz Sharif", a déclaré le juge de la Cour suprême Athar Minallah.

Agé de 68 ans, Sharif continue de tenir les rênes de la Ligue musulmane du Pakistan-Nawaz (PML-N), l'ancien parti au pouvoir battu lors des élections législatives du 25 juillet par le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI, Parti de la justice, nationaliste) dirigé par Imran Khan, qui a été investi comme chef du gouvernement le mois dernier.



(Saad Sayeed; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)