"La chronique des Bridgerton" et la Régence anglaise, l'avis d'une historienne

Mathilde Pereira Karsenti
·Journaliste rédactrice au service Culture
·1 min de lecture
Phoebe Dynevor qui joue le rôle de Daphné Bridgerton et Regé-Jean Page incarnant Simon Basset dans "La chronique des Bridgerton" sur Netflix. (Photo: LIAM DANIEL/NETFLIX)
Phoebe Dynevor qui joue le rôle de Daphné Bridgerton et Regé-Jean Page incarnant Simon Basset dans "La chronique des Bridgerton" sur Netflix. (Photo: LIAM DANIEL/NETFLIX)

SÉRIE - La Régence anglaise est une période de l’histoire britannique qui a inspiré de nombreux auteurs de fictions en livre, au cinéma ou au théâtre. La dernière en date c’est “La chronique des Bridgerton”, une série Netflix de Shonda Rhimes, connue notamment pour avoir réalisé “Grey’s Anatomy”. Le HuffPost a interrogé une spécialiste de la littérature britannique ancienne Lise Guilhamon, pour connaitre son avis.

Un peu d’Histoire britannique d’abord. Au sens strict, la Régence est une période très courte, elle dure de 1811 à 1820. À ce moment, le Roi George III souffre d’une maladie mentale lui donnant des accès de folie, il n’est donc plus apte à assurer ses fonctions. C’est alors, son fils ainé, le Prince de Galles autrement dit le Prince Régent qui le remplace pendant neuf ans jusqu’à sa mort. Cette décennie est caractérisée par l’excès de l’aristocratie. Dans le domaine de la culture, la période est parfois plus longue débutant dès la fin du 18e siècle et le début du 19e siècle parfois.

Si William Tackeray est officiellement le premier à trouver son inspiration dans la période de la Régence avec son roman Vanity Fair publié en 1846, Georgette Heyer, quant à elle, confirme le genre littéraire de la “Regency romance” à part entière dans les années 1940. En effet, cette dernière est connue pour ses romans Regency Buck ou An Infamous army aux détails minutieux sur la vie sous la “Regency”. Elle a elle-même servi de modèle aux futurs auteurs de fictions.

“Un aboutissement d’idées du pass&...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.